La drague suit son cours à Paris

Mélanie Chaluleau
— 

«Le pire, c'est de se dire qu'on est tous des losers.» Comme Eric, 30 ans, une soixantaine d'hommes viennent ce samedi s'en remettre aux mains expertes de Sébastien Night. Leur but: ne plus être des perdants de l'amour. Pour son séminaire organisé dans un des Salons du Relais à la gare de l'Est, le coach en séduction s'offre une entrée digne d'une grande star hollywoodienne, avec musique techno à fond. Tonnerre d'applau­dis­sements. Le maître a déjà ses fans. La plupart des hommes présents dans l'assistance possèdent déjà tous les DVD de l'expert.

Costume noir et micro-casque, Sébastien démarre le séminaire par un résumé de sa vie. Lui, le timide maladif transformé en bête de drague. Il promet : «Ce soir, vous allez être dans un état d'esprit positif pour sortir et rencontrer des gens.»

Les règles de base

La recette a déjà permis à cet ex-ingénieur en informatique de se reconvertir avec succès dans le coaching. «En 2006, j'ai créé un blog où je racontais mes rencontres. Puis, j'ai organisé des soirées dans des bars.» Le phénomène a pris de l'ampleur. A pas encore 30 ans, l'expert est aujourd'hui à la tête d'une entreprise de sept salariés, à Nantes.

Tout au long de la journée, Sébastien Night distille ses conseils pour aborder une fille, la revoir. «Lui dire bonjour», «toujours lui parler de face, ne pas l'interpeller dans son dos», sont des règles de base. Les participants montent sur scène pour des mises en situation. Et ça ­marche. Le livre d'or est rempli de remerciements. Quant à Sébastien Night, a-t-il trouvé l'amour? «Depuis que je drague, oui, par deux fois, répond le coach. Après, il y a des raisons qui font que ça marche ou pas.»


Renseignements : www.drague.tv