Deux lycéennes sont privées de rentrée malgré elles

— 

Hanna et Yasmine cherchent un lycée.
Hanna et Yasmine cherchent un lycée. — S. ORTOLA / 20 MINUTES

Une semaine après la rentrée scolaire, la situation de certains « sans-bahut » commence à virer au cauchemar. Pour Hanna et Yasmine, deux élèves d'un collège privé du 11e qui se retrouvaient sans affectation, et dont 20 Minutes dressaient les portraits le 3 septembre dernier, les nouvelles ne sont pas bonnes : malgré une moyenne de 14,5 et de 15 sur 20 en troisième, l'académie les a affectées l'une à un lycée professionnel à Nation, l'autre dans un lycée de la porte de Vanves où le taux de réussite au bac est de 15 %.

« Mes filles veulent faire une prépa, médecine. Un lycée pro, c'est non », tempête Marc Hoyeau, leur père. Il a couru toute la semaine entre l'académie et les lycées privés, afin de trouver une solution pour ses filles. En vain. « Il est impossible de rencontrer quelqu'un, l'inspection d'académie doit nous contacter, mais en attendant mes filles lisent, s'occupent comme elles peuvent. Elles se morfondent et ne comprennent pas qu'on ne leur trouve pas un lycée à Paris. » Il commence à chercher en banlieue. Pour le collectif des Parents en colère, cette situation n'est pas isolée. Jamila Bessaih, à la tête du collectif, a reçu le témoignage d'un ado affecté au lycée des métiers du bois, alors qu'il souhaite entrer dans une fillière générale. « Et encore, on ne parle pas de ceux qui ont un lycée, mais qui est situé à une heure de chez eux ! » W

Magali Gruet