La souricière n'est plus un trou à rat

— 

La première tranche des travaux de rénovation des cellules, situées sous le Palais de Justice de Paris, s'est achevée lundi dernier.
La première tranche des travaux de rénovation des cellules, situées sous le Palais de Justice de Paris, s'est achevée lundi dernier. —

Les murs blancs sentent encore la peinture fraîche. Depuis lundi, la première phase de travaux de rénovation de la souricière, sous le Palais de Justice de Paris, est terminée. Dès demain, les détenus pourront intégrer les nouvelles cellules de 3,75 m2. Tous ceux qui passent devant les magistrats doivent attendre dans cet endroit bas de plafond. Mais désormais, les cellules sont équipées d'une banquette en bois, de toilettes à la turque et d'un lavabo en alu. « Les matériaux doivent durer plus longtemps », explique l'administration pénitentiaire.

La souricière est régulièrement pointée du doigt par les associations et les avocats. « C'était devenu un enfer. La rénovation était nécessaire », concède Jean-Marie Bockel, secrétaire d'Etat à la Justice, venu constater l'avancement des travaux, qui ont commencé le 15 juillet dernier. Sur les 85 cellules, 25 ont été rénovées, pour un million d'euros. En tout, 2,7 millions seront nécessaires pour financer les autres boxes, la ventilation et un portique de détection par imagerie. Le nouveau chantier devrait démarrer en janvier 2010. W

W. M.