Un drone donne de l'air aux pompiers

William Molinié

— 

Le 3e étage d'un immeuble est en feu. Un mini-hélicoptère commandé par joystick s'élève dans les airs. Grâce à la caméra embarquée, il retransmet des informations en temps réel à l'opérateur au sol. Fiction ? Pas sûr.

Ce mois-ci, la brigade des sapeurs-pompiers de Paris teste un tout nouveau drone d'observation développé par la société française Bertin Technologies. « D'ici à septembre, on devrait pouvoir l'utiliser en opération », avance-t-on à l'état-major. Mini-Rec, c'est son nom, est un petit hélicoptère de 60 cm de hauteur et 40 cm de diamètre. Grâce à son vol stationnaire et son poids plume (2 kg), il se déplace en toute liberté. L'engin peut aussi prendre des mesures de radioactivité ou relever la présence de substances chimiques après un accident. « Aujourd'hui, les pompiers utilisent des moyens humains pour obtenir des informations visuelles : téléphone portable, dessins de situation... Ce mini-drone pourra opérer au-dessus d'un feu, ou même faire passer de la voix », explique Luc Renouil, directeur du développement chez Bertin Technologies. Les tests auront lieu sur un site privé de l'entreprise, à Prunay-le-Temple (Yvelines), car les drones n'ont pas encore le droit de passer au-dessus de la tête des Parisiens. W