Essonne : Détenus par un particulier, deux crocodiles et un caïman secourus par une association

PROTECTION ANIMALE Les crocodiles et le caïman étaient abandonnés par un homme au domicile de son ex-femme qui ne voulait plus s’en occuper

Guillaume Novello
Les sauriens étaient détenus dans des conditions à la limite de l'insalubrité.
Les sauriens étaient détenus dans des conditions à la limite de l'insalubrité. — APA
  • L’association Action protection animale a été contactée par une femme habitant en Essonne qui détenait deux crocodiles et un caïman appartenant à son mari avec qui elle était en procédure de divorce, mais dont elle ne voulait plus s’occuper.
  • L’époux qui avait déménagé dans une autre commune n’avait pas les autorisations nécessaires pour accueillir les animaux.
  • Le parquet d’Evry a donc enjoint l’association de prendre en charge les trois animaux et de les conduire dans un sanctuaire en Allemagne.

Victimes collatérales d’un divorce. Deux crocodiles nains et un caïman du Cuvier ont été recueillis jeudi matin par l’association Action protection animale (APA) alors que leur propriétaire ne pouvait plus s’en occuper. « Nous avons été contactés fin 2020 par une femme qui avait chez elle plusieurs reptiles qu’elle ne voulait pas garder », rembobine Anne-Claire Chauvancy, présidente de l’APA. La femme est alors en instance de divorce et son mari qui possède plusieurs reptiles, dont les deux crocodiles et le caïman, a quitté le domicile conjugal d’Etréchy (Essonne) pour s’installer dans une autre commune.

Sauf que n’ayant pas les autorisations nécessaires pour accueillir ses animaux exotiques dans son nouveau chez-lui, il les a laissés chez sa future ex-femme qui ne souhaite plus s’en occuper. C’est pourquoi elle a alerté l’association APA pour que celle-ci les prenne en charge. Cela aurait pu se faire rapidement puisque le mari, bien connu dans le milieu des animaux exotiques selon Anne-Claire Chauvancy, avait finalement récupéré ses serpents et lézards mais ne souhaitait pas conserver les deux crocodiles, le caïman et une tortue serpentina carnivore, qu’il détient depuis une vingtaine d’années.

Enquête préliminaire ouverte en janvier dernier

« Mais quand il a appris qu’une association devait prendre en charge les quatre reptiles, il a changé d’avis et l’Etat lui a laissé beaucoup de temps pour obtenir les autorisations d’accueil », constate, amère, la présidente de l’APA. Car pour pouvoir détenir de tels animaux, il faut un certificat de capacité et une autorisation d’ouverture d’établissement à même d’assurer le bien-être et la sécurité des reptiles. Le dossier traîne et « en juillet nous avons tapé du poing sur la table », raconte Anne-Claire Chauvancy.

Le parquet d’Evry qui avait ouvert en janvier 2022 une enquête préliminaire, confiée à l’Office français de la biodiversité, pour détention non autorisée d’espèces protégées et exploitation irrégulière d’un établissement détenant des animaux d’espèces non domestiques, prend une ordonnance de placement concernant les animaux. Cette dernière désigne l’APA pour les transporter jusqu’à un centre en Allemagne où ils seront accueillis. « Il y avait zéro place disponible en France », explique l’association.

La tortue était décédée

« Mais comme les animaux n’avaient pas de papiers, il a fallu faire une régularisation avec un vétérinaire et d’ailleurs, il reste un crocodile dont nous n’avons pas réussi à tracer l’origine », indique la présidente. Sur place les membres de l’association découvrent que la tortue, qui vivait dans un bac de récupération d’eau de pluie, était décédée depuis plusieurs mois. « Mais personne ne s’est rendu compte de rien et ils ont continué à lui donner de la viande qui se décomposait au fond du bac, il y avait une odeur de mort horrible », se souvient Anne-Claire Chauvancy.

Les reptiles n'avaient qu'un minuscule bac d'eau pour se baigner.
Les reptiles n'avaient qu'un minuscule bac d'eau pour se baigner. - APA

Les crocodiles, s’ils sont en vie, ne sont pas mieux lotis. « Ils vivaient dans un garage clos, sans lumière naturelle avec un tout petit bassin où ils ne pouvaient pas du tout nager, et avec une installation électrique obsolète, rapporte la présidente de l’APA. D’ailleurs le caïman s’appelait Sac à main, c’est vous dire l’attention portée aux animaux. » Finalement jeudi matin, les animaux ont été endormis puis conduits par un transporteur spécial dans un site spécialisé à Munich en Allemagne. « Sur place, on s’est rendu compte qu’un des crocodiles avait de gros soucis au niveau des pattes arrière qu’il a du mal à bouger », confie la présidente de l’APA. Agés d’une quarantaine d’années, les sauriens peuvent vivre encore longtemps, sachant que leur espérance de vie atteint en liberté les 80-100 ans.

L’opération de transfert qui a coûté environ 5.000 euros a entièrement été prise en charge par l’association. « On intervient de plus en plus souvent, conclut Anne-Claire Chauvancy. Il y a en France énormément d’espèces exotiques détenues. »