Saint-Denis : Un agent municipal condamné pour corruption dans une affaire d’habitat indigne

PRISON AVEC SURSIS La Seine-Saint-Denis est l’un des départements de France les plus touchés par le fléau de l’habitat indigne

20 Minutes avec AFP
Illustration à Pierrefitte-sur-Seine (93), de logements construits sans autorisation dans des garages et des remises de jardin.
Illustration à Pierrefitte-sur-Seine (93), de logements construits sans autorisation dans des garages et des remises de jardin. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Un contractuel de la mairie de Saint-Denis, qui avait sollicité un pot-de-vin pour fermer les yeux sur un dossier d’habitat indigne, a été condamné mercredi à huit mois de prison avec sursis, selon le parquet de Bobigny. L’homme de 29 ans avait été embauché par la ville pour prendre part à la lutte contre l’habitat indigne, un axe prioritaire des pouvoirs publics en Seine-Saint-Denis.

Le 15 juin, alors qu’il a la charge d’un dossier de suroccupation d’un appartement, il signifie au locataire impliqué qu’il est en mesure d’enterrer l’affaire en échange de 3.000 euros. Le locataire refuse de payer et fait savoir à la mairie qu’un de ses employés sollicite un dessous-de-table. La municipalité signale alors la situation à la police.

L’un des départements les plus touchés par l’habitat indigne

Arrêté et placé en garde à vue fin juin, l’agent a reconnu les faits. Présenté mercredi à la justice lors d’une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC), il a accepté une peine de huit mois d’emprisonnement avec sursis, assortie de 3.500 euros d’amende et de cinq ans d’inéligibilité.

Territoire populaire à la modernisation urbaine encore en cours, la Seine-Saint-Denis est l’un des départements de France  les plus touchés par le fléau de l'habitat indigne.
Les logements dégradés représentent plus de 15 % de son parc locatif privé et mettent en danger quelque 80.000 personnes dans le département, selon l’estimation de la préfecture.