Moins de paillettes, aussi brillant

Stéphane Leblanc

— 

Le jury, avec sa présidente Charlotte Rampling (à g.) et Christophe Girard (à dr.).
Le jury, avec sa présidente Charlotte Rampling (à g.) et Christophe Girard (à dr.). — I. SIMON / SIPA

Charlotte Rampling, présidente d'honneur du festival Paris Cinéma*

depuis sa création, en 2003, a dévoilé vendredi le programme de cette édition. « Ce n'est pas le Festival de Cannes, rappelle-t-elle toujours avec élégance et modestie. Il n'y a pas de tapis rouge. » Ça ressemble quand même un peu à une session de rattrapage : quelques films de la compétition cannoise, dont la Palme d'or 2009 (Le Ruban blanc), le meilleur des autres sections (Irène ou Le Roi de l'évasion), des stars invitées, comme Johnny Depp et Marion Cotillard, pour l'avant-première de Public Enemies.

Ajoutons encore une compétition de douze films, dont le premier d'Emmanuel Salinger en tant que réalisateur, La Grande Vie, ou le très beau et sauvage Breathless, déjà Lotus d'or à Deauville. Pour les départager, un jury sans président, mais avec un footballeur vidéaste, Vikash Dhorassoo.

La singularité de Paris Cinéma tient surtout à ses hommages (Claudia Cardinale et Jean-Pierre Léaud) et au pays invité : la Turquie, entre Nuri Bilge Ceylan et les superhéros turcs. L'innovation de cette édition, c'est aussi la Nuit du cinéma, le 4 juillet, lors de laquelle six cinémas suivront chacun un thème : Nuit des geeks (nouvelle comédie US) au Champo, animation japonaise aux Ursulines, Russ Meyer au Panthéon, comédies sexy d'Asie au Nouveau Latina, sous-marins au Palais de Tokyo et superhéros turcs au Max Linder. En clôture, le Centquatre projettera un vieux Mizoguchi en ciné-concert. Un bal populaire orchestré par Helena Noguerra prolongera la soirée. W

* Tout le programme sur http://www.pariscinema.org.