Canicule : « Ici, je choisis l’eau de Paris », ces commerces sympas remplissent vos gourdes de bon cœur

EAU En septembre 2021, Eau de Paris a lancé l’initiative « Ici, je choisis l’eau de Paris ». Où en est l’initiative alors que l’été et les fortes chaleurs arrivent ?

Marin Daniel-Thézard
— 
Sticker «Ici, je choisis l'eau de Paris
Sticker «Ici, je choisis l'eau de Paris — Marin Daniel-Thézard
  • L’initiative « Ici, je choisis l’eau de Paris » consiste à proposer aux commerces de distribuer de l’eau aux passants qui en demandent sans aucune contrepartie.
  • Le but est de proposer aux Parisiens et aux touristes davantage de points d’eau dans la capitale, tout en les incitant à privilégier la gourde à la bouteille en plastique.
  • Si le programme a plu du côté des commerçants, le réflexe d’entrer dans un magasin pour demander de l’eau n’est pas encore entré dans les habitudes.

Une initiative qui nage entre deux eaux. En septembre 2021, l’établissement public Eau de Paris a mis en place l’initiative « Ici, je choisis l'eau de Paris ». Le concept est simple : n’importe quel passant peut entrer dans un magasin et demander à remplir sa gourde sans contrepartie. Ce service est indiqué par un sticker sur la devanture du commerce qui est apparaît sur la carte Eau de Paris, sur laquelle sont recensés tous les points d’eaux de la capitale. Par cette action, la mairie de Paris souhaite impliquer les commerces dans la distribution de l’eau, et dans la lutte contre les déchets plastiques.

Alors qu’une nouvelle canicule s’abat sur la capitale et près d’un an après le début de cette initiative, 20 Minutes a voulu savoir si les commerces et les Parisiens ou les touristes avaient adopté la pratique « Ici, je choisis l’eau de Paris ». Alors, top ou flop ?

Un influenceur se met à l’eau

Pour Eau de Paris, s’il est trop tôt pour faire un bilan sur l’utilisation du système par les Parisiens, on parle déjà d’un succès : « Nous visions un réseau de 500 commerces au printemps, aujourd’hui, nous en comptons plus de 600. » Une réussite portée notamment par la participation récente de Bio c’Bon et de ses 40 enseignes. « Si certains refusent ou manquent de temps, de manière générale, les commerçants adhèrent au projet », assure Eau de Paris.

Si le sticker « Ici, je choisis l’eau de Paris » a trouvé sa place, force est de constater que l’initiative n’est pas utilisée. « Personne n’est entré dans mon établissement pour me demander de l’eau », annonce Benoît, qui tient un commerce d’architecte d’intérieur dans le 9e arrondissement. Astrid, gérante d’Oyat, abonde : « Je n’ai pas vu un seul passant demander de l’eau. » Du côté des restaurateurs, la gérante de Poppy dit avoir « été peu informée », mais adhère au mouvement, qui n’a pour l’instant eu aucune incidence sur la fréquentation de son établissement.

Pour que l’initiative soit connue de tous, Eau de Paris a débuté un large plan de communication mêlant campagne d’affichage et communauté de l’influenceur Aurélien Préveaux. « On n’a pas la force de frappe d’un Coca-Cola », admet l’établissement qui compte aussi sur le bouche-à-oreille.

La gourde n’est pas gourde écologiquement

« Ici, je choisis l’eau de Paris » vient compléter un réseau de 1.200 fontaines publiques parisiennes, et a également pour objectif de réduire les déchets plastiques dans la capitale. La Ville de Paris rappelle qu’une bouteille sur deux n’est pas recyclée, et que 8 millions de tonnes de plastique finissent dans nos océans chaque année. Pour lutter contre le phénomène, elle préconise l’utilisation de la gourde, sans emballage et « réutilisable à l’infini ».

Pour Dan Lert, adjoint d’Anne Hidalgo en charge notamment de l’eau et président d’Eau de Paris, cette initiative contribue à réduire les déchets plastiques et les émissions des CO2. « L’impact carbone de l’eau en bouteille est 1.000 fois plus important que l’eau du robinet », souligne-t-il.