Les Picasso dérobés difficilement vendables

VOL Ils vaudraient plutôt trois millions d'euros...

— 

Les trente-trois croquis au crayon volés mardi au musée Picasso (3e) vaudraient plutôt trois millions d'euros, et non huit, comme annoncé dans un premier temps, a estimé hier Christine Albanel, la ministre de la Culture. Le carnet qui les rassemble serait d'ailleurs très difficilement vendable, selon elle, ce qui est aussi l'avis du petit-fils de l'artiste. « Cette oeuvre n'a aucun moyen de vivre ailleurs », a expliqué hier Olivier Widmaier-Picasso sur Europe 1, estimant que ce carnet manquerait au musée, en rénovation. Selon lui, deux mobiles sont possibles : la cleptomanie ou l'espoir de le revendre sur le marché.