Paris : La RATP expérimente à nouveau la descente à la demande dans ses bus pour accentuer la sécurité sur son réseau

TRANSPORT La RATP expérimente un système de descente à la demande sur neuf lignes de bus. L’objectif est de permettre aux voyageurs, et plus particulièrement aux voyageuses, de se rapprocher de leur destination pour éviter les trajets anxiogènes.

Marin Daniel-Thézard
— 
Une voyageuse RATP indique au conducteur un arrêt à la demande
Une voyageuse RATP indique au conducteur un arrêt à la demande — Hadmi CHREF

C’est la nuit, le bus vous largue à un sombre arrêt loin de chez vous. La marche jusqu’à votre logement passe par des coins peu éclairés où l’on peut faire de mauvaises rencontres. Ce genre de scénario anxiogène, beaucoup de voyageurs, mais surtout de voyageuses, l’ont expérimenté.

Faute de pouvoir accompagner chaque usager à bon port, Ile-de-France Mobilités et la RATP ont décidé de couper la poire en deux. Le chauffeur ne déviera pas de sa route, mais autorisera des descentes à la demande. Cette initiative, selon la Régie, permet de « renforcer le sentiment de sécurité dans les transports en rapprochant le voyageur au plus près de sa destination. »

Pas de retard pour les autres voyageurs

Si la descente à la demande n’est pas répandue sur le réseau de la RATP, ce sont déjà 70 lignes de bus qui l’ont adopté sur la grande couronne. Cette tendance aura vocation à s’étendre, car Ile-de-France Mobilités « demande à l’ensemble des exploitants d’étendre la pratique. »

Selon l’autorité organisatrice de la mobilité en Ile-de-France, « les premières expérimentations concernaient 11 lignes. 250 personnes ont utilisé ce service. Ces demandes n’ont pas engendré de retards pour les autres voyageurs du bus. » Pour l’organisation, les résultats sont positifs, mais Ile-de-France Mobilités attend davantage d’utilisation, le temps que « ce nouveau service rencontre progressivement son public. »