La montre verte remet les particules à l'heure

— 

La Montre verte*, le futur objet indispensable de l'urbain branché écolo ?

Ce prototype qui, en plus de donner l'heure, mesure la pollution à l'ozone ainsi que le bruit ambiant, est en tout cas bien plus qu'un simple gadget. Car à grande échelle, elle aurait une véritable valeur scientifique.

Des institutions comme Bruitparif et Airparif ne s'y trompent pas, et considèrent le projet avec attention. « Concernant la pollution de l'air, il est évident que la montre n'est pas aussi sensible que les capteurs fixes d'Airparif, beaucoup plus fiables, mais elle pourrait être complémentaire parce que mobile », explique Daniel Kaplan, délégué général de la Fing (Fondation Internet nouvelle génération) à l'origine de ce projet lancé il y a un an. SFR s'est aussi engagé dans l'aventure, afin de développer une application sur mobile.

Daniel Kaplan estime que la Montre verte a, avant tout, une vocation sociale. « C'est une innovation technologique qui implique le citoyen. » Citoyenne jusqu'au bout, la Fing s'engage à publier les résultats des mesures sur un site Internet spécialement dédié, et qui sera en accès libre pour le grand public. W

M. B.

* Le prototype est présenté à la « Wikiplaza ».