Tirs de Kalachnikov à La Courneuve

Alexandre Sulzer

— 

« Aujourd'hui, c'est du flash-ball. La prochaine fois, ce sera du lourd. »

Cette inscription, observée par des policiers il y a environ un mois sur des murs de la cité des 4000 à La Courneuve (Seine-Saint-Denis) après des tirs contre leurs effectifs, n'était pas une menace en l'air. L'attaque à l'arme automatique contre des agents dans la nuit de samedi à dimanche a provoqué une vive émotion au sein des forces de l'ordre, même si elle n'a fait aucun blessé. Vers 2 h 30, un fourgon, qui circulait avec un autre véhicule et transportait deux hommes placés plus tôt en garde à vue pour des tirs de grenaille sur une patrouille, a été bloqué par deux voitures. Les policiers ont alors essuyé un tir nourri tandis que l'un des détenus a tenté, en vain, de s'évader.

« Un cap a été franchi dans la violence, confie à 20 Minutes Thierry Mazé, responsable du syndicat policier Alliance. Maintenant, pour faire sortir un type en simple garde à vue, on sort la Kalachnikov et on arrose. » « C'est la première fois (...) - et je travaille depuis longtemps en banlieue parisienne - que je vois utiliser des armes de ce calibre dans le cadre des violences urbaines », a déclaré à la radio Jean-François Herdhuin, directeur départemental de la sécurité publique (DDSP). « On ne peut pas parler de violences urbaines, précise Loïc Lecouplier, d'Alliance. Il s'agit plutôt d'actes de grand banditisme perpétrés par des individus habituellement connus pour des faits de délinquance moyenne, comme le trafic de stupéfiants. » C'est d'ailleurs « vraisemblablement » un réseau de dealers qui a agi, a précisé la DDSP. « Ils sentent qu'avec la rénovation des 4000, leur territoire se réduit, explique Loïc Lecouplier. A 6 000 euros quotidiens le point de vente, ils ne lâcheront pas... » Dès hier, des policiers sont intervenus dans la zone où « les personnes qui ont failli s'évader ont l'habitude de vendre leurs produits ». Deux personnes ont été arrêtées alors qu'elles tentaient de fuir à bord d'une voiture, dans laquelle 2 000 euros en espèces ont été trouvés. W