Paris : Un mystérieux sarcophage en plomb découvert sous Notre-Dame de Paris

ARCHEOLOGIE Les archéologues de l’Inrap, qui fouillent le site avant les travaux de reconstruction de la flèche ont mis au jour un sarcophage datant du 14e siècle

Romarik Le Dourneuf
— 
Une photo des travaux sur le toit de Notre-Dame de Paris.
Une photo des travaux sur le toit de Notre-Dame de Paris. — BENOIT TESSIER / POOL / AFP
  • Les archéologues de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) ont mis à jour plusieurs sépultures dont un sarcophage anthropomorphe (qui reproduit la forme de l’homme) en plomb « intégralement conservé ».
  • L’hypothèse d’une sépulture d’un haut dignitaire semble probable.
  • Ces fouilles précèdent les travaux de restauration de la flèche de la cathédrale

Après le Covid-19 et la guerre en Ukraine, bientôt une malédiction ? Ce lundi, le ministère de la Culture a publié un communiqué par lequel la ministre, Roselyne Bachelot-Narquin, annonce la découverte « d’importants vestiges archéologiques » dans les fouilles qui précèdent les travaux de reconstruction de la flèche de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Parmi ces vestiges, les archéologues de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) ont mis à jour plusieurs sépultures dont un sarcophage anthropomorphe (qui reproduit la forme de l’homme) en plomb « intégralement conservé, précise le ministère. La première analyse du mobilier contenu dans le niveau de remblais le surmontant pourrait conduire à dater cette inhumation au plus tard du XIVe siècle. Au regard des caractéristiques et de la localisation du sarcophage, l’hypothèse d’une sépulture d’un haut dignitaire semble probable. »

« Une qualité scientifique remarquable »

Les fouilles commencées le 2 février dernier, qui ont lieu au niveau de la croisée transept de la cathédrale, l’intersection du transept et du vaisseau principal de la nef (le centre de la croix), ont également mis à jour l’existence des vestiges « d’une qualité scientifique remarquable » et d’une fosse, directement sous le niveau du dallage actuel de la cathédrale.

Cette fosse contient des éléments sculptés polychromes identifiés comme appartenant à l’ancien jubé de Notre-Dame, construit vers 1230 et détruit au début du XVIIIe siècle. Le jubé est une plateforme qui surplombe généralement l’Autel et qui ferme souvent le chœur. Ils sont souvent utilisés pour la lecture de passage de l’Évangile pendant la lecture.

Des nouvelles données à venir

Ces nouvelles découvertes pourraient donc apporter de nouvelles données sur ce jubé et sur son décor peint. Lors de sa restauration de la cathédrale au XIXe siècle, l’architecte Eugène Viollet-le-Duc avait déjà retrouvé d’autres fragments appartenant à ce jubé. Fragments qui sont aujourd’hui exposés au musée du Louvre.

Les fouilles sont programmées jusqu’au 25 mars, et la cathédrale pourrait encore dévoiler de nouveaux trésors.