Ile-de-France : Des usagers du RER B bientôt remboursés à cause des retards à répétition

TRANSPORT Quatre axes de la ligne RER B sont concernés par ces remboursements en raison de problèmes de ponctualité selon un contrat passé entre Île-de-France Mobilités, la RATP et la SNCF

R.L.D. avec AFP
— 
Le RER B est la ligne qui montre le plus de retards. (Illustration)
Le RER B est la ligne qui montre le plus de retards. (Illustration) — A. Gelebart / 20 Minutes

Une maigre compensation pour les usagers du RER B ? Dans un communiqué de presse publié par  Île-de-France mobilités (IDFM) ce jeudi, la ligne B du RER a été la moins régulière du réseau régional  d’Ile-de-France en 2021, ce qui donnera lieu à des remboursements des usagers habitant ou travaillant sur cet axe.

Conformément aux nouveaux contrats passés par IDFM avec la RATP et la  SNCF, les retards des trains cumulés sur une année peuvent faire l’objet de remboursements pour les voyageurs impactés par une ponctualité inférieure à 80 % pendant au moins trois mois.

Jusqu’à un mois remboursé

Tel a été le cas en 2021 sur quatre axes, tous sur le RER B (une ligne exploitée au sud par la RATP et au nord par la SNCF) : Aulnay-sous-Bois/Mitry-Claye pendant huit mois, Aulnay-sous-Bois/Roissy pendant sept mois, Saint-Rémy-lès-Chevreuse/Parc de Sceaux pendant quatre mois et Robinson/Bourg-la-Reine pendant trois mois, a détaillé IDFM dans un communiqué.

Le remboursement est de l’ordre d’un demi-mois pour les axes où la ponctualité a été inférieure à 80 % entre trois et cinq mois, et peut aller jusqu’à un mois entre six et neuf mois. Une plateforme dédiée sera lancée le 2 mars pour permettre aux voyageurs concernés de déposer une demande de remboursement, a précisé l’autorité régionale.

« C’est un mécanisme contractuel qu’on a inventé avec les associations d’usagers », a précisé son directeur général Laurent Probst. Le communiqué ajoute que « les grèves longue durée ou des perturbations exceptionnelles pourront également donner lieu à des remboursements prévus dans les contrats ».

Le métro s’en sort mieux

« Le RER B est la ligne la moins performante aujourd’hui », a-t-il déploré, au sortir d’une audition annuelle avec les PDG de la RATP, de SNCF Voyageurs et SNCF Réseau. Son taux de ponctualité global est de 86,9 % sur l’ensemble de l’année 2021. Les lignes D et R sont également considérées « en difficulté », avec des taux de ponctualité de respectivement 88,1 % et 88,2 %. Les dix autres lignes de RER et trains de banlieue ont de « bons résultats », voire « excellents » pour le RER A (95,1 %).

Côté métro, les lignes 4, 7, 8 et 13 n’ont pas rempli leurs objectifs. Cependant la ligne 4, dont les performances ont été impactées par les travaux d’automatisation en cours, est en augmentation, 94,7 % en 2021 pour 91,7 % en 2020 (objectif 96,5 %), et la situation s’améliore maintenant avec la fin des travaux., La Ligne 8 est proche de l’objectif, à 95,2 %, ayant été impactée par la rénovation du matériel roulant. Les deux lignes les plus en difficultés sont les lignes 7 et 13, respectivement à 91,4 % et 93,4 %. Les dix autres lignes atteignent les objectifs ambitieux et revus à la hausse dans le nouveau contrat avec la RATP signé en 2021.

Pour les lignes 7 et 13 du métro et les lignes R, B et D, IDFM a souligné « la nécessité de mettre en œuvre les mesures prévues pour améliorer la ponctualité, les mesures de court terme (amélioration des processus d’exploitation, amélioration de l’entretien des matériels roulants et finalisation des opérations de rénovation) comme les mesures de long terme (renouvellement de la signalisation, automatisation, investissement sur les infrastructures, renouvellement des matériels roulants) ».