Trois mineurs jouent au grand banditisme à Tremblay

— 

Ils ont 14, 15 et 16 ans, et certains les appellent déjà les « baby braqueurs ». Ces trois adolescents ont été interpellés avec un complice, vendredi matin, après un braquage avorté de convoyeurs de fonds à Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis).

Il est environ 8 h 30, vendredi, lorsqu'un fourgon de la Brink's vient, comme chaque semaine à la même heure, récupérer la recette d'un supermarché Ed situé en centre-ville. C'est à ce moment que trois jeunes encagoulés surgissent. Très vite, ils aspergent les convoyeurs de gaz lacrymogène. Paniqué, l'un d'eux, qui aurait « aperçu une crosse dépassant d'un vêtement », selon le procureur de Bobigny, riposte. Il sort son arme et ouvre le feu à trois reprises en pleine rue.

L'agresseur de 16 ans reçoit une balle à la jambe, celui de 14 ans est touché au poignet, mais tous réussissent à s'enfuir pour se retrancher dans l'appartement d'un ami. C'est là, dans une tour du même quartier, que les policiers les localisent, en suivant des traces de sang. Sur place, des tireurs d'élite prennent position mais, vers 11 h, des négociateurs du Raid parviennent à les faire sortir sans difficulté. Les deux blessés sont conduits à l'hôpital. Le troisième ainsi que celui chez qui ils avaient trouvé refuge sont immédiatement emmenés par la brigade de répression du banditisme (BRB).

Au cours de leurs auditions, tous ont reconnu les faits. Et pour toute explication, les adolescents ont dit avoir eu besoin d'argent « pour partir en vacances ». Ces mineurs étaient connus des services de police. L'un d'eux était d'ailleurs sous contrôle judiciaire pour le braquage d'une pharmacie située à quelques mètres du supermarché. Hier, après leur garde à vue, tous ont été déférés devant le parquet de Bobigny (Seine-Saint-Denis). W