Paris : Le photographe René Robert est mort en pleine rue après avoir agonisé pendant des heures dans l’indifférence des passants

DRAME L’artiste est décédé à l’âge de 84 ans d’une hypothermie extrême, neuf heures après avoir chuté dans la rue

Romarik Le Dourneuf
— 
Une voiture du Samu. (illustration)
Une voiture du Samu. (illustration) — MICHEL GILE/SIPA

« Si cette mort atroce peur servir à quelque chose, ce serait ceci. Quand un humain est couché sur le trottoir, aussi pressé que nous soyons, vérifions son état. » Par ces mots, le journaliste Michel Mompontet a annoncé le décès de son ami le  photographe René Robert dans la nuit du 18 au 19 janvier, à  Paris.



L’artiste de 84 ans, notamment connu pour ses photographies de danseurs de flamenco, se baladait dans les rues de Paris après avoir dîné au restaurant. Vers 21 heures, il a chuté au niveau de la rue Turbigo, peut-être victime d’un malaise, et s’est retrouvé au sol dans l’incapacité de se relever. Il est ainsi resté dans le froid pendant neuf heures, dans l’indifférence des passants, avant qu’un sans-abri appelle les secours.

Décédé d’hypothermie extrême

Pris en charge trop tard, il est décédé d’hypothermie extrême à l’hôpital Cochin. Michel Mompontet s’est indigné sur Twitter ​qu’un homme puisse gésir ainsi aussi longtemps sur le trottoir sans que personne s’arrête pour s’enquérir de son état.



Dans une chronique sur France Info, le journaliste a toutefois refusé de s’en prendre aux passants qui ne se sont pas arrêtés se demandant si, dans une situation similaire, lui l’aurait fait. Il salue tout de même le comportement « admirable » du SDF qui a prévenu les secours, « le seul à avoir fait preuve d’humanité ».