Coronavirus à Paris : Un pharmacien écroué pour escroquerie sur des tests Covid-19

MAGOUILLE Le suspect aurait gonflé le nombre de tests vendus aux médecins

G. N. avec AFP
— 
Le pharmacien aurait détourné plusieurs millions d'euros (illustration).
Le pharmacien aurait détourné plusieurs millions d'euros (illustration). — SYSPEO/SIPA

Un pharmacien parisien a été écroué car soupçonné d’avoir facturé des tests fictifs de dépistage du Covid-19, a-t-on appris mardi de sources concordantes. Cet homme a été mis en examen le 17 décembre par un juge d’instruction parisien pour  escroquerie et blanchiment en bande organisée et pour faux et usage de faux, puis a été placé par la suite en détention provisoire, a confirmé une source judiciaire.

D’après Le Canard enchaîné, qui a révélé l’existence de cette enquête, les investigations ont débuté après qu’un médecin a découvert qu’il avait acheté à son insu des milliers de tests.  La Caisse primaire d'assurance maladie (CPAM), citée dans le journal, aurait saisi le parquet de Paris après « avoir constaté des pratiques frauduleuses de facturation à l’Assurance maladie de commandes (de tests antigéniques) non délivrées » aux médecins.

De fausses ventes de tests

Entre septembre et mi-décembre, le pharmacien aurait d’une part surévalué ses déclarations de tests réalisés dans son officine et aurait d’autre part gonflé le nombre de kits de tests vendus à des médecins, au détriment de la CPAM. « Des médecins nous ont dit ne pas connaître le pharmacien », a rapporté une source proche du dossier, affirmant qu’un deuxième pharmacien avait également été entendu en garde à vue.

« On doit encore comprendre le mécanisme des remboursements par la CPAM », a-t-on souligné de même source. « Des transporteurs ont été missionnés. Des commandes [de tests] ont pu être livrées, d’autres non ou à d’autres personnes ». Le préjudice s’élèverait à au moins plusieurs millions d’euros pour l’assurance maladie. Selon Le Canard enchaîné, les enquêteurs de la brigade de répression de la délinquance astucieuse de la police judiciaire de Paris ont trouvé début janvier 800.000 euros en liquide dans l’une des pharmacies.