Bruit à Paris : La fin des deux-roues thermiques plébiscitée lors de la consultation de la mairie

RADICAL Les Parisiens qui se sont exprimés (mais qui ne sont pas représentatifs) en ont visiblement ras le casque des nuisances sonores liées aux moteurs thermiques

G. N.
— 
Le bruit généré par les scooters exaspère les Parisiens.
Le bruit généré par les scooters exaspère les Parisiens. — Jacques Witt/SIPA

Depuis le 10 novembre jusqu’à ce lundi, les Parisiens étaient invités à se prononcer sur les propositions du futur plan d’amélioration de l’environnement sonore (PAES) 2021-2026, voire à avancer leurs idées pour lutter contre le bruit à Paris. Et,  comme le remarque Le Parisien, la proposition qui a recueilli le plus de votes n’est pas le fait des équipes de la  Mairie de Paris mais d’un certain Augustin.

Totalisant 1.256 votes dont 944 favorables, il propose purement et simplement d’interdire « les deux roues-motorisées (scooters et motos) thermiques à Paris ». Une proposition qu’il justifie, entre autres, par le fait qu'« un 2RM peut réveiller plus de 10.000 Parisiens la nuit, selon une étude de BruitParif ».

Cette problématique est au cœur des préoccupations des Parisiens qui se sont exprimés puisqu’arrive en deuxième position en nombre de votes positifs (821), l’expérimentation des radars acoustiques, annoncée en octobre dernier, puis en troisième position (750 votes positifs) la proposition de la mairie de « favoriser les motorisations les plus silencieuses ».

Mieux contrôler les véhicules bruyants

Ce podium est suivi par l’action 13 du PAES (647 votes favorables), à savoir : « Œuvrer au renforcement des normes d’émissions sonore des véhicules et développer le contrôle routier des véhicules bruyants ». Avec, à nouveau en ligne de mire, les moteurs thermiques, notamment des scooters, plus bruyants que ceux des voitures.

Une synthèse de cette consultation sera jointe « au document final soumis à l’approbation du Conseil de Paris au printemps 2022 ». Mais les scooters ont peut-être du souci à se faire.