Coronavirus en Île-de-France : Un nombre de contaminations toujours plus important pour débuter l’année

COVID-19 Le passage à l’année 2022 s’est fait sous le signe de chiffres records en Île-de-France pour le virus

Romarik Le Dourneuf
— 
Près de 2.000 malades ont été admis à l'hôpital à cause du Covid-19, selon les chiffres de Santé publique France lundi
Près de 2.000 malades ont été admis à l'hôpital à cause du Covid-19, selon les chiffres de Santé publique France lundi — GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Le Covid-19 n’a que faire  des bons vœux. S’il est de coutume de se souhaiter la bonne santé en ce début d’année, le virus, lui, continue sa fulgurante progression en  Île-de-France.

Pour preuve, avec un taux d’incidence mesuré à 2.810 cas pour 100.000 habitants entre le 27 décembre et le 2 janvier, la région connaît la valeur la plus élevée depuis le début de l’épidémie, selon Santé Publique France.

Un taux de positivité à 20,8 %

L’institut public ajoute même que la situation pourrait continuer à grimper en raison « d’une hausse des contacts sociaux liée aux fêtes de fin d’année, d’une diminution de l’adhésion de la population aux mesures barrières, d’une couverture vaccinale encore incomplète et de la forte diffusion du variant Omicron ».

Alors que le taux de dépistage a atteint sa plus haute valeur jamais atteinte, le taux de positivité est grimpé à 20,5 % durant ces derniers jours de 2021 et les premiers de 2022.

Omicron continue de frapper les jeunes

Depuis l’apparition du variant Omicron, ce sont les jeunes, les 15-44 ans qui sont les plus touchés, ajoute Santé Publique France. Un variant qui représente 89,6 % des résultats interprétables de tests de criblage.

Si la campagne de vaccination continue d’avancer, il reste encore des progrès à faire puisque tous âges confondus, 74,1 % des Franciliens avaient reçu une dose, en cette semaine 52, contre 73 % avec deux doses et « seulement » 34,5 % avec la dose de rappel.

32 % de décès en plus

Si ces chiffres peuvent être légèrement relativisés par le nombre très important de dépistages réalisés en cette période de fêtes, ils montrent tout de même une viralité très forte du variant Omicron.

La vague du variant Omicron continue d’accentuer sa pression sur l’hôpital puisque 2.681 nouvelles hospitalisations ont eu lieu entre le 27 décembre et le 2 janvier, soit une progression de 44 % par rapport à la semaine précédente. Une donnée qui se traduit par une augmentation des admissions en soins critiques, qui progressent aussi de 11 % sur la même période, pour atteindre 467 patients.

Aussi, 235 personnes sont décédées du Covid-19 sont décédées dans les hôpitaux de la région en cette fin d’année. C’est 32 % de plus que la semaine précédente (178).