En Ile-de-France, 40% des salariés en télétravail en veulent encore plus

HOME SWEET HOME Une étude de l’Institut Paris Région, réalisée auprès de plus de 4.000 Franciliens et Franciliennes, montre que le télétravail s’installe durablement

Mathilde Desgranges
— 
Télétravail (Illustration)
Télétravail (Illustration) — © Sebastien SALOM-GOMIS/SIPA
  • Avant la crise sanitaire, seuls 20 % des Franciliens avaient déjà eu recours au télétravail, contre 42 % aujourd’hui, constate l’Institut Paris Région.
  • Selon l’étude, 40 % des personnes interrogées souhaiteraient télétravailler davantage.

Le télétravail parti pour durer en Ile-de-France. Dans une étude réalisée par   l’Institut Paris Région, 42% des 4.200 personnes interrogées ont télétravaillé à l'été 2021. Ils n'étaient que 20% avant la crise sanitaire liée au  Covid-19. Et en ce debut d'année, il a été imposé par le gouvernement    à raison de « trois jours minimum par semaine, quatre quand cela est possible. »

« Utilisé massivement pendant la première période de confinement sanitaire en 2020, le télétravail s’est diffusé pour devenir très souvent un mode de travail régulier, pérenne et encadré », affirment Delphine Brajon et Pascale Leroi, les autrices de l’étude. Un mode de travail que les Franciliens et les Franciliennes semblent avoir adopté volontiers, pour la plupart.

Engouement pour le télétravail

La première raison qui les pousse à vouloir télétravailler est la réduction du temps de transport. Ceux qui avaient l’habitude de faire plus d’une heure de trajet pour se rendre au travail ont vu leur mode de vie complètement chamboulé. Sont également évoqués la proximité plus grande avec la famille, l’autonomie ou le calme. Fini les  open spaces bruyants.

Très attachés à leurs nouvelles habitudes, certains souhaiteraient pouvoir rester chez eux toute la semaine. Si la plupart des personnes interrogées souhaitent maintenir leur rythme de télétravail actuel, 40 % d’entre eux vont même jusqu’à en demander davantage.

Les métiers qui télétravaillent le plus

Reste que plus de la moitié des Franciliens et Franciliennes ne télétravaillent pas. En général, ils ne peuvent pas pratiquer leur métier à distance en raison d’une proximité nécessaire avec des clients, des patients, des machines, un chantier… Très peu, 6 % seulement, ont rencontré un refus de la part de leur direction.

Certaines catégories socioprofessionnelles ou types d’emploi favorisent le télétravail. Ce sont surtout les cadres, les non-salariés et les membres de microentreprise qui y ont recours. Les métiers de la finance, l’assurance, l’information, la communication ou l’immobilier sont également champions en la matière. Si vous êtes cadre dans une petite boîte d’assurance, nul doute que vous nous lisez de chez vous !