Coronavirus à Paris : l’AP-HP appelle à déprogrammer les soins non urgents

SANTE Dans un mail interne, l’AP-HP appelle les soignants à limiter leurs activités « aux prises en charge pour lesquelles le pronostic vital est en jeu »

Mathilde Desgranges
— 
Soins intensifs à la clinique la Roseraie, à Aubervilliers. (Illustration)
Soins intensifs à la clinique la Roseraie, à Aubervilliers. (Illustration) — © Bastien LOUVET/SIPA

Enchaînement de réunions de crise à l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) ces jours-ci. La direction de l’APHP alerte son personnel dans un mail. « Ces réunions montrent des tensions extrêmement fortes pour les soins non programmés, aussi bien non-Covid que Covid ». Ce mercredi la France a franchi pour la première fois le seuil des  200 000 contaminations en 24 heures.

« Le Samu traite un nombre d’appels considérablement plus élevé que d’habitude à la même époque de l’année », explique-t-elle. Les lits destinés aux patients en soins critiques sont tous occupés. Et cela, à un moment où les arrêts maladie se multiplient chez les soignants de l’hôpital.



Déprogrammation des soins

Ceci conduit la direction de l’AP-HP à demander une déprogrammation des soins. Pour la semaine prochaine, les soignants doivent limiter leurs activités « aux prises en charge pour lesquelles le pronostic vital est en jeu. »

Destinée à permettre de prendre en charge un maximum de patients urgents, cette mesure demande une priorisation des soins qui doit se faire « comme toujours, sur des critères médicaux et collégialement. »

Un taux d’incidence jamais atteint auparavant

Pour lutter contre la propagation du variant Omicron, l’obligation du port du masque en extérieur est de nouveau mise en place à   Paris dès ce vendredi. Dans l’agglomération parisienne, le taux d’incidence « frôle les 2.000 cas pour 100.000 habitants, niveau jamais atteint auparavant », précise la Préfecture de police  dans un communiqué.

Selon Santé publique France, 3.771 personnes sont actuellement hospitalisées en Ile-de-France, dont 771 en réanimation.