Noël à Paris : La Villette s’illumine pour la première fois avec un résultat « très poétique »

REPORTAGE La Villette présente à partir de ce jeudi trois grandes installations pour illuminer les fêtes

Guillaume Novello
— 
L'installation From the Light Flow du groupe F.
L'installation From the Light Flow du groupe F. — G. Novello
  • Le Parc de La Villette accueille pour Noël trois installations lumineuses, dont deux de grande taille, une première.
  • « Ce projet a été pensé pour utiliser le parc comme lieu de présentation et comme accueil de projets in situ », précise Inès Geoffroy, cheffe de projet Expositions.
  • Les premiers visiteurs sont tombés sous le charme de ces illuminations.

Un serpent ondule sur un des innombrables cylindres posés dans le parc du Triangle de la Villette. Ce reptile fait partie de l’installation From the light flow du Groupe F, une des trois illuminations que La Villette déploie du 2 décembre au 2 janvier. « L’idée est de pouvoir offrir au public une expérience pour les fêtes de fin d’année, un moment convivial, familial », explique Inès Geoffroy, cheffe de projet expositions. C’est d’ailleurs la première fois que le Parc déploie de si grandes installations lumières, qui plus est à la période de Noël.

A l’origine, « ce projet a été pensé pour l’année dernière, avec la volonté de réagir face à la pandémie, d’utiliser le parc comme lieu de présentation et comme accueil de projets in situ », précise Inès Geoffroy. Mais en raison du coronavirus, le projet n’a pu être monté que cette année.

Nature et architecture

Les trois installations s’unissent par le lien entre architecture et nature. « A la fois mettre en valeur l’architecture particulière du parc, mais aussi ses grands espaces verts », indique la cheffe de projets. Cela doit « amener un public spécifique qui viendrait voir ces projets artistiques et en même temps, offrir quelque chose de différent aux usagers qui traversent le parc régulièrement ».

Constellation sur le canal de l'Ourq par 1024 architecture.
Constellation sur le canal de l'Ourq par 1024 architecture. - G. Novello

C’est le cas de Joseph, un riverain de 60 ans qui vient « courir au moins une fois par semaine le long du canal de l’Ourcq ». Perché sur la passerelle qui enjambe le canal, il photographie l’installation 1024 de Constellation, qui reproduit grâce à un habile jeu de lumières une « voie lactée d’étoiles imaginaires ». « C’est vraiment impressionnant, témoigne-t-il. Ça me fait penser aux poissons que les pêcheurs sortent parfois du canal. » Pas tout à fait raccord avec la description de l’installation, mais qu’importe, il enverra les photos sur le groupe Facebook d’habitants de Pantin pour « les inciter à venir ».

Devant From the light flow, Cicie, 38 ans, est tombée sous le charme d’une installation « très poétique, avec un côté apaisant qui colle bien à l’environnement ». Stéphen, 45 ans, qui se balade avec elle, salue cette « grande surface de lumière. On baigne dedans sans que cela ne soit trop agressif. » En tout cas, Joseph pense déjà à revenir « car avec une luminosité différente, ça peut changer le résultat ». Quant à Inès Geoffroy, elle songe déjà à l’après. « Le but est de développer ces collaborations artistiques à venir, jusqu’aux JO notamment », expose-t-elle. Le succès devrait être au rendez-vous.

Eviter que le Covid-19 ne gâche la fête

Les installations étant en extérieur, a priori, le risque de contamination au Covid-19 est limité. Néanmoins, La Villette met tout en place pour éviter une mauvaise surprise. « On applique toutes les mesures sanitaires, rassure Inès Geoffroy. La première grosse installation, bien qu’en extérieur, est dans un parcours clos. A partir de ce moment-là, on exige le pass sanitaire avec contrôle à l’entrée. »