Paris : Des fauteuils roulants garés à la place des trottinettes électriques pour sensibiliser aux dangers

SECURITE ROUTIERE Lancée par une agence de communication et l’association Apacauvi, cette opération entend sensibiliser les usagers de trottinettes électriques aux risques routiers

G. N.
— 
La campagne vise à sensibiliser aux dangers de la trottinette électrique
La campagne vise à sensibiliser aux dangers de la trottinette électrique — MullenLowe france

Du deux-roues au quatre-roues en un seul trajet. C’est ce que souhaite éviter aux utilisateurs de trottinettes électriques​ la campagne « Le mauvais moyen de transport », coorganisée par l’agence MullenLowe France et l’association Apacauvi, qui lutte contre les incivilités des deux-roues. Lancée fin novembre dans les grandes villes de France, l’opération consiste à installer sur les places de stationnement de trottinettes un fauteuil roulant barré de ce message « Un moyen de transport peut en amener un autre ». Et une étape parisienne s’est déroulée jeudi après-midi.

« Nous avions autour de nous beaucoup de personnes qui ont été confrontées à des accidents de trottinettes électriques, explique l’agence MullenLowe. Et nous avons voulu être pro-actifs, il fallait faire bouger les choses. C’est pourquoi nous nous sommes associés à Apacauvi pour lancer cette campagne. » Président de l’association, Jean-René Albertin abonde : « Il est intéressant d’apporter notre soutien en tant qu’association pour interpeller les usagers, mais aussi les pouvoirs publics. Nous alertons les gens qui utilisent des trottinettes sur la possibilité qu’au bout du chemin, ça peut être un fauteuil roulant. »

L’aspect provocateur de la campagne est assumé par l’agence qui « voulait faire quelque chose de choc » afin de mettre en lumière « un sujet important qui n’est pas traité comme il devrait ». Jean-René Albertin, qui dénonce « l’inertie de la mairie de Paris » sur le sujet des incivilités à deux-roues réclame « des contraventions en rendant obligatoire l’immatriculation des vélos et trottinettes ». Il demande également « la création d’un fonds d’indemnisation des victimes abondé par les villes qui ont des vélos ou trottinettes en free-floating et les opérateurs ». En attendant Paris a annoncé la limitation à 10 km/h pour les trottinettes électriques dans la grande majorité de la capitale.