La présence d’un loup confirmée dans les Yvelines

ANIMAUX L’animal avait été pris en photo le 11 novembre par un chasseur près de Blaru dans les Yvelines, alors que le loup n’était plus présent en Ile-de-France depuis 30 ans

X.R.
— 
L'animal solitaire se cherche un nouveau territoire (photo d'illustration).
L'animal solitaire se cherche un nouveau territoire (photo d'illustration). — Valery Matytsin/TASS/Sipa USA/SIPA

Pour l’homme qui a pris la photo, postée sur Facebook, cela ne faisait aucun doute : c’est un loup qu’il avait aperçu près de Blaru, commune des Yvelines frontalière de l’Eure (à 75 km au nord-ouest de Paris). Certain de son fait, il a contacté l’Office français de la biodiversité, qui est venu récolter des traces ADN selon France Bleu Paris. « Nous avons confirmé l’identification de loup gris sur cette image. Pour l’instant, nous n’avons pas sa trace, nous avons simplement une image », a précisé Nicolas Jean, directeur adjoint de l’OFB.

Ce loup, solitaire, se déplace a priori beaucoup pour trouver un nouveau territoire. Un comportement habituel à l’automne, qui est la saison de la « dispersion du loup. Ils vont quitter leurs meutes nourricières pour aller chercher un nouveau territoire et espérer fonder une famille », explique Nicolas Jean à France Bleu Paris.

Une chèvre et une brebis attaquées ?

Officiellement, le loup n’est plus présent en Ile-de-France depuis 30 ans, même si l’OFB atteste sa présence dans des départements proches. Le collectif l’Observatoire du loup rapporte de son côté avoir détecté des loups en Seine-et-Marne en 2014, dans le Val-d’Oise et les Yvelines en 2017. Le loup observé à Blaru pourrait d’ailleurs encore remonter la vallée de la Seine : un habitant d’un hameau près de Montfort-l’Amaury, à 50 km de Blaru, a retrouvé une chèvre et une brebis mortes dans un champ le 19 novembre.

Ayant constaté des traces de crocs, il a contacté la gendarmerie et espère une enquête de l’OFB. Mais l'institution manque de moyens et ne peut pas toujours se déplacer.

L’OFB dénombre 12.000 animaux attaqués par le loup depuis son retour en milieu naturel il y a trente ans, « essentiellement des brebis, des chèvres quelques bovins qui ont fait l’objet d’une indemnisation au titre du Plan d’action loup » indique Nicolas Jean à France Bleu Paris. Mais aucune tentative d’attaque sur l’homme n’a été recensée.