« Partout en France et dans le monde, Paris est une ville qu’on aime », assure Anne Hidalgo

INTERVIEW Dimanche soir, étaient lancées les illuminations de Noël des Champs-Elysées

Propos recueillis par Guillaume Novello
— 
Et hop le buzzer magique qui fait rire tout le monde!
Et hop le buzzer magique qui fait rire tout le monde! — ALAIN JOCARD / AFP
  • Après une édition virtuelle, le lancement des illuminations de Noël des Champs-Elysées a pu se tenir avec du public dimanche soir.
  • De nombreux curieux sont venus assister à la cérémonie, dont la marraine est la chanteuse Clara Luciani.
  • Anne Hidalgo, également présente, a répondu aux questions de 20 Minutes sur l’importance de l’événement.

Trois, deux, un… Lumière ! Le lancement des illuminations de Noël​ sur les Champs-Elysées a retrouvé son public dimanche soir après une édition 2020 virtuelle, en raison du coronavirus. Près de 110.000 curieux se sont pressés sur la plus belle avenue du monde, selon le Comité Champs-Elysées, organisateur de l’événement. Bien qu’assez brève – une quinzaine de minutes tout au plus –, la cérémonie a attiré le gratin politique local, puisque outre Clara Luciani, la marraine des Illuminations, étaient présents  Anne Hidalgo, le premier adjoint Emmanuel Grégoire, Sylvain Maillard, député LREM du coin, ou encore Jeanne d’Hauteserre, maire LR du 8e arrondissement et particulièrement heureuse d’être de la partie.

A 19h10, ignorant les rivalités politiques, ils ont collectivement pressé le bouton déclencheur avec Abbygaëlle et Lalie, deux jeunes filles hospitalisées et invitées par l’association Les Petits princes. Alors soudain, les platanes de l’avenue se sont parés de rouge tandis que des confettis rouge/argent ont inondé la scène avec en fond sonore Respire encore de Clara Luciani. A l’issue de la cérémonie, 20 Minutes a pu poser quelques questions à Anne Hidalgo.

Ces illuminations de Noël sur les Champs-Elysées, c’est un message aux touristes pour leur dire : « Revenez à nouveau admirer la ville Lumière » ?

Bien sûr ! D’abord parce que Paris est la plus belle ville au monde, c’est une ville que les gens aiment. De plus en plus de touristes reviennent, ils ont retrouvé le chemin de cette ville qu’ils aiment aussi. C’est leur dire que nous leur ouvrons les bras, que la ville est prête pour les fêtes de Noël, prête pour cet accueil extraordinaire.

Etes-vous prêts à faire face à une éventuelle cinquième vague de coronavirus ?

On est tous très inquiets évidemment, quand on voit les chiffres donc il faut accroître, bien sûr, la vaccination. Et puis évidemment, continuer à avoir tous ces gestes barrières qui permettent quand même de prévenir la transmission.

Anne Selfidalgo.
Anne Selfidalgo. - G. Novello

Ces illuminations, c’est une réponse aux critiques de vos opposants politiques qui dénoncent un « enlaidissement de Paris » ?

Il y a peut-être des Parisiens sincères parmi les critiques et il faut toujours améliorer les choses, mais franchement ne regarder que ce qui serait négatif ou à améliorer et jamais ce qui va bien, ce n’est pas mon état d’esprit. Et ce n’est pas l’état d’esprit des Parisiennes et des Parisiens qui d’ailleurs m’ont refait confiance en mars 2020. Je travaille, je fais en sorte que cette ville reste et devienne encore plus attractive. Elle l’est. Je voyage beaucoup à l’étranger et les gens me reconnaissent le fait d’avoir accompli des mutations qui sont indispensables. Je pense bien sûr à toute la transformation qui permet aujourd’hui de mieux respirer dans cette ville. C’est quelque chose qui est salué dans le monde entier, alors s’il y a encore des esprits chagrins, ce n’est pas bien grave.

Vous êtes en déplacement la semaine prochaine, est-ce que Paris va vous manquer ?

Paris me manque toujours et Paris est toujours dans mon cœur. D’ailleurs Paris est très présent dans le cœur des Français. J’écoutais les deux enfants qui étaient là ce soir et leur rêve, c’était d’abord de venir à Paris. Partout en France, partout dans le monde, Paris est une ville qu’on aime, que les Français et les Françaises aiment et ça me fait chaud au cœur car c’est le message qu’on m’adresse souvent dans mes déplacements partout en France.