Paris : Les Champs-Elysées voient les touristes revenir mais regardent toujours vers la Chine et le Moyen-Orient

TOURISME Avant les illuminations de Noël des Champs-Elysées, dimanche, 20 Minutes est allé sur la « plus belle avenue du monde » voir si les touristes sont revenus.

Romarik Le Dourneuf
— 
Les illuminations des Champs-Elysées est un moment attendu dans le monde entier.
Les illuminations des Champs-Elysées est un moment attendu dans le monde entier. — J.-B. Autissier / Panoramic
  • Après les grèves, les « gilets jaunes » et le Covid-19, l’avenue des Champs-Elysées voit revenir progressivement les touristes dans l’espoir de retrouver ses affluences d’avant.
  • De 70.000 personnes par jour au premier semestre à près de 100.000 en octobre dernier, l’avenue se rapproche petit à petit des fréquentations d’avant la crise (150.000 personnes par jour).
  • Si les Français et autres Européens viennent davantage visiter l’avenue, les enseignes attendent toujours les Chinois et les touristes du Moyen-Orient, plus dépensiers.

« Ça revient, petit à petit, surtout depuis les vacances scolaires. Mais ce n’est quand même pas tout à fait comme avant. » Derrière le guichet de son kiosque à journaux des Champs-Elysées, Pascal commente le flux de promeneurs de la plus célèbre avenue du monde. Comme lui, beaucoup d’enseignes et de commerçants scrutent avec attention le retour des touristes. Eddy employé d’une enseigne de luxe regarde les passants en fumant une cigarette : « C’est mieux depuis septembre. Mais ce matin, ce sont surtout des gens pressés, qui vont au bureau, il n’y a pas beaucoup de touristes. »

Comme l’œil expert d’Eddy, l’avenue voit doucement revenir ceux qui sont essentiels à son image de carte postale, les visiteurs du monde entier. « Les Champs-Elysées accueillaient 150.000 personnes en 2018, avant les grèves, les Gilets jaunes et le Covid », explique Marc-Antoine Jamet, président du Comité Champs-Elysées. Si l’affluence constatée en cette fin d’année est encore loin de ce qu’elle a été, les enseignes ont de quoi être optimistes.

Français et Européens pour un tourisme de « week-end »

De 70.000 personnes par jour en moyenne au premier semestre 2021, à un nombre situé entre 90.000 et 100.000 personnes par jour au mois de novembre, la progression est notable. Edouard Lefebvre, directeur général du comité met en avant les très bons chiffres du mois d’octobre : « On voit l’affluence revenir dans la restauration et l’hôtellerie. Les hôtels ont déclaré un taux d’occupation de 80 %, alors qu’il était de deux tiers cet été. » Mieux encore, certains palaces rouvrent leur restaurant gastronomique, fermés depuis le premier confinement.

« Ce qui est différent de l’avant Covid-19, c’est surtout qu’on voit un tourisme "de week-end" depuis quelque temps. Beaucoup de Français… Parisiens, Franciliens ou Provinciaux. Mais aussi beaucoup d’Européens. Des Hollandais, des Allemands, qui représentent une part moins importante habituellement », détaille Marc-Antoine Jamet. Pour le président du Comité Champs-Elysées, la difficulté à voyager dans une grande partie du globe, liée à une forte envie de profiter d’endroits mythiques, pousse de nouveaux publics à arpenter les rues du 8e arrondissement. Et même plus : « Un palace m’a confié avoir loué sa suite royale à un couple de Lyonnais, une première ! »

L’absence des « gros »

Malheureusement pour les commerces de l’avenue, cette nouvelle fréquentation a les défauts de ses qualités : les difficultés de déplacement touchent aussi les catégories de touristes qui faisaient le succès de l’avenue. Un serveur de la brasserie l’Alsace confie : « Oui, certains touristes sont revenus. Mais d’autres comme les Asiatiques sont absents, et c’est 70 % de notre clientèle en temps normal. »

Tous les acteurs concernés s’accordent sur ce manque important, justifiant encore les 50.000 personnes en moins tous les jours sur les trottoirs de l’avenue. Si les Américains commencent à remontrer le bout de leur nez, après des mois d’absence totale, les enseignes attendent impatiemment le retour des Chinois, Asiatiques du Sud-Ouest et visiteurs du Moyen-Orient. Sofiane, en charge de la sécurité d’un grand magasin, abonde : « On voit des Brésiliens, des Pakistanais, des Indiens, mais en nombre et en dépenses, ça n’équivaut pas les Chinois et les Moyen-orientaux. »

En attendant le retour de ces précieux touristes, Marc-Antoine Jamet compte sur la cérémonie d’ouverture des illuminations de Noël pour rappeler au monde entier la beauté de l’avenue, sûr de son prestige et de son attractivité retrouvée. « Les Champs-Elysées font partie de la mythologie française. Une avenue qui commence par un obélisque vieux de milliers d’années, et venu d’Egypte, et qui finit par un Arc de triomphe en hommage à Napoléon, attirera toujours les visiteurs. »