Vols à la portière au tribunal

Alexandre Sulzer

— 

Le mode opératoire était presque toujours le même : un scooter repère une victime potentielle en voiture, l'indique aux deux complices qui suivent à moto. Lesquels brisent la vitre et s'emparent du sac à main sur le siège avant. Sept jeunes, dont un absent, originaires de Saint-Denis (93), sont jugés depuis hier par le tribunal correctionnel de Bobigny pour vols à la portière et vols à l'arrachée. Une vingtaine de délits, commis en 2007 et 2008 dans la petite couronne et à Paris, leur sont reprochés. A l'époque des faits, la plupart des prévenus étaient de jeunes mineurs sans emploi. Presque tous sont récidivistes. Ils utilisaient des motos toujours volées - parfois violemment - et réimmatriculés.

Le 2 mars 2008, deux d'entre eux sont appréhendés par la police à La Courneuve. Des objets personnels de victimes sont retrouvés sur place dans les poubelles. « A partir de là, la filière est remontée », notamment par des écoutes téléphoniques, explique le président. Malgré les preuves matérielles et le fait que des témoins les ont formellement reconnus, la plupart des prévenus nient toute implication, ou a minima. Ainsi, lorsque le magistrat demande à Mohamed M. comment il explique qu'un Ticket-Restaurant d'une victime a été retrouvé chez lui, l'intéressé répond : « Quelqu'un dans la rue me l'a vendu à moitié prix. » « En vous dédouanant d'une infraction, vous en avouez une autre pour laquelle vous n'êtes pas poursuivi », ironise une magistrate. La plupart des jeunes risquent une peine plancher de trois ans de prison. Suite et fin de l'audience aujourd'hui. ■