Le Paris Manga & Sci-Fi Show tourne au cauchemar pour les visiteurs

FLOP CULTURE Après deux ans d’attente pour cause d’épidémie de Covid-19, les visiteurs de la convention Paris Manga & Sci-Fi Show se sont retrouvés agglutinés à l’intérieur comme à l’extérieur à cause d’un défaut d’organisation

Romarik Le Dourneuf
— 
Les conventions sont l'occasion pour les fans de présenter leurs plus beaux costumes.
Les conventions sont l'occasion pour les fans de présenter leurs plus beaux costumes. — Bryan Bedder / Getty Images
  • Après deux années sans convention à cause de la crise sanitaire, le Paris Manga & Sci-Fi Show se tenait au Parc des Expositions de la porte de Versailles, ce week-end.
  • L’affluence a débordé les organisateurs qui avaient proposé aux détenteurs d’un billet de 2020 de venir cette année. Des centaines de visiteurs sont restées dehors sans pouvoir entrer.
  • L’organisation a précisé sur son site Internet que les non-entrants pourront être remboursés, sans préciser les modalités de ce remboursement.

Un retour à la réalité violent pour les amateurs de manga et de science-fiction. Ce week-end avait lieu le Paris Manga & Sci-Fi show au Parc des expositions de la porte de Versailles dans le 15e arrondissement de Paris. Privés de conventions depuis le début de l’épidémie de Covid-19, les fans se sont retrouvés en nombre pour ce rendez-vous très prisé. En trop grand nombre même, au point que l’organisation a été totalement débordée, faisant subir aux visiteurs deux pénibles journées.

Les images qui circulent sur Twitter sont sans appel. Des centaines de visiteurs amassés à l’intérieur, piétinent en essayant de progresser dans les allées de la convention. « Scandaleux ! Plus de trois heures d’attente pour arriver dans 1 salon saturé ; impossible de se mouvoir et d’accéder aux stands !!! Sécurité inexistante, on est bousculé constamment, sans parler des conditions sanitaires… », comme Candy Valet, beaucoup d’internautes sont révoltés par l’accueil qui leur a été réservé à leur entrée dans le hall d’exposition.

De l’impossibilité d’assister aux conférences ou d’approcher les stands en raison de la suraffluence, aux gestes barrières difficiles à respecter et à faire respecter face aux visiteurs qui ne portent pas de masques, la description de la convention par les personnes présentes relate une organisation désastreuse. « Sans être parano, il y avait tout pour faire un formidable cluster », note Caroline Vié, notre journaliste présente sur place.

Des conditions de remboursement encore inconnues

Pire, une grande partie des visiteurs, détenteurs d’un billet, n’ont même pas pu entrer dans les lieux. Malgré des heures d’attente, beaucoup sont restés dehors dès samedi. Même les personnes munies d’un pass VIP, bien plus cher, qui doit permettre une entrée « coupe-file ». « Je suis arrivée à 10 heures, j’ai attendu plus de quatre heures avant d’apprendre par des personnes devant moi qu’ils ne laissaient plus entrer », raconte un internaute furieux. Entassés à l’extérieur, les refoulés du premier jour ont appris par le compte officiel du Paris Manga & Sci-Fi show qu’ils pourraient revenir le lendemain… Consolation de courte durée puisque le scénario s’est déroulé de la même manière le dimanche.

« Une honte absolue… On a payé, on ne rentre pas, on ne sait rien. Vous avez vendu des milliers de places en sachant que tout le monde ne rentrerait pas dans le petit hall 3 », commente un internaute en colère. Il résume le sentiment des visiteurs à l’égard de l’organisation, accusée de ne pas avoir anticipé cet afflux extraordinaire. Et pourtant, en annulant la convention 2020, les organisateurs avaient annoncé aux détenteurs d’un billet qu’ils pourraient assister à celle de cette année, tout en mettant en vente de nouveaux billets pour la convention de ce week-end…

Pour se rattraper, tous ceux qui n’ont pas pu entrer au Paris Manga & Sci-Fi Show pourront demander un remboursement, ont annoncé les organisateurs sur leur site officiel sans préciser les modalités pour y parvenir. Les places allaient de quelques euros pour les moins chères à plus d’une centaine d’euros pour les pass VIP. Malheureusement, elle ne remboursera pas les frais annexes, de logement et de transport pour ceux qui sont venus de loin et qui n’ont pu rencontrer Tom Welling et Kristin Kreuk de Smalville, Kevin Sussman de The Big Bang Theory ou encore Jean-Robert Lombert, le « Père Blaise » de Kaamelott. On peut imaginer qu’ils en ont « gros ».