Lycées en Île-de-France : La gestion de Valérie Pécresse épinglée par la chambre régionale des comptes

ARGENT PUBLIC Le rapport met en avant l’utilisation de 6 milliards d’euros et la création des brigades régionales de sécurité

20 Minutes avec AFP
— 
Valérie Pécresse.Le 21/10/2021 à Paris.
Valérie Pécresse.Le 21/10/2021 à Paris. — Jacques Witt/SIPA

Un caillou dans la chaussure de Valérie Pécresse ? Ce lundi, l’Agence France presse révèle avoir obtenu une copie d’un rapport de la chambre régionale des comptes (CRC) d’ Ile-de-France qui critique certains points de gestion des lycées par la région présidée par Valérie Pécresse, candidate à l’investiture LR pour la présidentielle, notamment ses brigades régionales de sécurité (BRS).

Les investissements dans les lycées franciliens, qui représentent près de 20 % des élèves de France, « ont de nouveau augmenté depuis que la région a profondément révisé son programme prévisionnel d’investissement (PPI) » en 2017, alors qu’ils « avaient diminué » entre 2010 et 2015, lors du dernier mandat du socialiste Jean-Paul Huchon, apprécie la chambre.

Mais l’enveloppe du PPI, 6 milliards d’euros pour construire, rénover et maintenir les lycées, « n’a pas été répartie entre les différents projets », le programme voté se réduisant « à une simple énumération », et les élus du conseil régional « n’ont pas été informés de l’état d’avancement des opérations » avant 2021, signale la chambre.

Des coûts « fortement sous-estimés »

Valérie Pécresse a révisé son PPI « sans avoir engagé préalablement avec les académies une réflexion sur l’évolution de la carte des établissements », estime en outre la CRC pour qui « plusieurs lycées dont la pérennité pose question ont été inscrits dans le programme pour être rénovés ». Dans son viseur, les petits lycées professionnels parisiens, « peu attractifs » et qui « coûtent plus cher à la collectivité ».

Revenant sur l’attribution d’un marché de partenariat, qui implique un financement principalement privé, pour deux lycées neufs à Palaiseau (Essonne) et Pierrefitte-sur-Seine (Seine-Saint-Denis), la CRC estime que « le contrat a été conclu à des conditions économiques plus onéreuses que dans l’évaluation initiale » : l’estimation initiale des coûts d’investissement, « fortement sous-estimée », a été dépassée de 17 %, « des proportions pouvant remettre en cause l’intérêt du marché de partenariat ».

Les brigades régionales de sécurité sans « fondement légal »

Ce choix d’un partenariat public-privé « répondait à l’urgence liée aux tensions démographiques », répond dans une lettre adressée à la chambre Valérie Pécresse, « heureuse d’avoir pu inaugurer dans les délais ces deux lycées » en septembre.

Les brigades régionales de sécurité (BRS), une vingtaine d’agents répartis en groupes de cinq pour sécuriser l’intérieur et les abords des établissements, sont aussi égratignées : elles n’ont pas de « fondement légal » pour la CRC qui rappelle que « cette mission est confiée aux services de l’Etat » via les équipes mobiles de sécurité (EMS).

Les trois académies de Paris, Versailles et Créteil ​« ignorent souvent les interventions » des BRS, juge la chambre pour qui « cette organisation vient brouiller la lisibilité et la cohérence des dispositifs offerts aux chefs d’établissement amenés à gérer des situations de tension. »

« Ces brigades sont largement plébiscitées par les chefs d’établissement », répond Valérie Pécresse qui s’est engagée à doubler les effectifs (de 25 à 50 agents) « afin de répondre aux demandes croissantes ».