Tour Triangle : Les élus verts dénoncent un projet « anachronique et hors sol »

OPPOSITION Pour les écologistes, ce projet est incompatible avec l’objectif de la France de réduire ses émissions de gaz à effets de serre

G. N. avec AFP
— 
Vue d'artiste de la future Tour Triangle, au sud de Paris.
Vue d'artiste de la future Tour Triangle, au sud de Paris. — AP/SIPA

Les élus verts parisiens ont décidé de ne pas arrondir les angles au sujet de la Tour Triangle. Voté en 2015, malgré leur opposition, ce projet d’une « tour de bureaux de 180 m de hauteur et de 92 000 m2 de surface est antiécologique et contraire aux engagements du Plan climat de la Ville de Paris », ont asséné les élus écologistes du Conseil de Paris (GEP) mardi dans un communiqué. Signée par l’agence d’architecture suisse Herzog et De Meuron, cette tour de 42 étages doit être édifiée au milieu du Parc des expositions de la Porte de Versailles, dans le 15e arrondissement de Paris.

Pressé par la mairie à signer le bail à construction avant novembre, « faute de quoi le projet serait remis en question », le géant des centres commerciaux Unibail-Rodamco-Westfield (URW) a annoncé lundi que le chantier démarrerait d’ici 2022, avec le soutien financier de l’assureur Axa, pour s’achever à l’horizon 2026.

Un bilan carbone « catastrophique »

Mais pour les élus écologistes, ce projet, « héritier de l’urbanisme des années 1960 », est « économiquement anachronique et hors sol » à un moment où « le développement du télétravail et du co-working a bouleversé l’immobilier tertiaire » et où « plus de 4 millions de m2 de bureaux sont vacants sur le territoire francilien ». La relance d’un projet « incompatible avec l’objectif de la France de diviser par deux ses émissions de gaz à effets de serre d’ici 2030 » est de plus annoncée « en pleine COP26 », déplorent encore les Verts, qui dénoncent une tour au bilan carbone « catastrophique » pour sa construction comme son fonctionnement.

« Il faut 3 à 4 fois plus de béton et d’acier » pour construire la tour « que pour construire un bâtiment très basse consommation respectant les plafonnements parisiens », abonde le Collectif contre la Tour Triangle, association d’opposants contactée par l’AFP. « Anne Hidalgo, qui se prétend candidate au service de l’écologie, aurait dû tout faire pour annuler ce projet », dit encore Danielle Simonnet, conseillère LFI de Paris.