L’Ile-de-France verse une prime de 100 euros à ceux qui veulent s’équiper contre les cambriolages

SECURITE L’aide versée par la région Ile-de-France est limitée aux équipements et conditionnée aux ressources et à l’habitation des foyers

Romarik Le Dourneuf
— 
Les caméras et capteurs de mouvement sont concernés par cette prime. (Illustration)
Les caméras et capteurs de mouvement sont concernés par cette prime. (Illustration) — Pixabay

C’était une promesse de campagne de Valérie Pécresse, la région Île-de-France propose, à partir de ce mardi, une aide forfaitaire aux Franciliens et Franciliennes qui souhaiteraient installer un dispositif de sécurité dans leur habitation.

Dans le cadre de la lutte contre les cambriolages et pour la sécurité, cette prime est valable pour l’achat d’une alarme, de détecteurs, de capteurs, de caméras ou d’écrans de contrôle destinés à protéger l’habitation contre l’intrusion et le vol. Les dispositifs comme la location ou l’abonnement à un système de télésurveillance ou le gardiennage ne sont pas pris en compte par cette aide.



Pour bénéficier de cette aide, il faut être un particulier francilien, propriétaire ou locataire, vivant en habitat individuel (les appartements sont donc exclus), et dont la résidence principale est située dans la région. Une seule aide peut être versée par foyer fiscal.

En fonction des conditions de ressources

Autre condition pour pouvoir bénéficier de l’aide, les dépenses engagées doivent être d’un montant minimum de 100 euros TTC. Surtout, et contrairement aux annonces de la présidente de région qui disait ne pas vouloir exclure certains foyers, l’aide n’est accordée qu’aux Franciliens dont le revenu fiscal de référence est égal ou inférieur à 46.460 euros.

Pour demander cette aide, il faut déposer un dossier sur la plateforme en ligne dédiée et fournir les documents demandés. Toutes les factures datées à partir du 22 juillet 2021 sont prises en compte.

Ce type d’aide n’est pas inédit puisque le conseil départemental de l’Oise propose déjà une aide de 300 euros pour l’achat d’une alarme d’anti-intrusion à ces habitants.