Paris : Les jardins d’Éole, de lieu de trafic de drogue à ferme urbaine

VEAUX, VACHES, COCHONS Chaque jour, « 20 Minutes » vous propose des vidéos réalisées par son partenaire Brut

20 Minutes avec Brut
— 
Les familles viennent voir les animaux et réinvestissent le parc, Brut.
Les familles viennent voir les animaux et réinvestissent le parc, Brut. — capture d'écran

Un lieu connu pour son trafic de drogue devient une ferme urbaine. Cela n’a a priori pas de rapport et pourtant, c’est ce qui est arrivé aux jardins d’Éole, situé dans le nord-est de  Paris. Fréquenté par des toxicomanes et craint des riverains, cet endroit accueille aujourd’hui des poules, des chèvres, des cochons d’Inde et d’autres pensionnaires.

Plusieurs Fermes de l’espoir ont été créées en région parisienne : « Ça permet de faire le pont entre les usagers de drogues et les habitants afin de déconstruire tout simplement des préjugés existants depuis très longtemps. » Ici, des organisations viennent donner leurs restes de nourriture aux poules, des jeunes en service civique participent au soin des animaux et des consommateurs de drogue prêtent main-forte au projet. Le quartier est redynamisé : « Aujourd’hui, on retrouve énormément de familles et énormément de reconnaissance de leur part du fait de notre travail ici. »

Découvrez la ferme urbaine aux jardins d’Éole dans la vidéo de notre partenaire Brut.