Une aide au logement pour les profs en Seine-Saint-Denis fait polémique

EDUCATION Ils recevront 6.000 euros sur trois ans afin de limiter le turn-over...

Avec agence

— 

2.000 euros par an pour rester enseigner en Seine-Saint-Denis. Annoncée mardi par le rectorat de Créteil, l'aide au logement pour les enseignants nommés en Seine-Saint-Denis ne plaît pas à tout le monde.

D'un montant total de 6.000 euros sur trois ans, la somme sera allouée à la rentrée prochaine. «Ciblée» sur 19 collèges «où le turn-over est particulièrement marqué avec le quart et le tiers de l'effectif renouvelé chaque année», elle sera versée aux enseignants (nouveaux titulaires comme expérimentés) affectés dans l'établissement, à la condition qu'ils trouvent un logement, ou s'en voient attribuer un, dans une ville du département.

Une mesure jugée «ségrégative»

Avant même l'annonce officielle de cette «expérimentation sociale» visant à «stabiliser les équipes pédagogiques», la Fédération syndicale unitaire (FSU) du 93 a réclamé l'«annulation immédiate» de la mesure. Elle la juge «ségrégative», «stigmatisante» et «à la limite de la malhonnêteté».

La FSU demande son remplacement par une revalorisation «pour tous, à 1.500 euros» de l'indemnité d'installation en région parisienne.

Cette aide «vise justement à éviter l'effet de stigmatisation» et à «aider les enseignants à s'installer durablement dans l'environnement des établissements», a expliqué à l'AFP le responsable des ressources humaines du rectorat, Philippe Reymond.

Expérimentation éventuellement étendue

Selon Guy Trésallet, porte-parole de la FSU 93, ces collèges se verront supprimer 24 postes en septembre 2009 au vu des prévisions démographiques, «cela veut dire 24 collègues déplacés: qu'on arrête de nous parler de stabiliser les équipes».

Après évaluation, cette expérimentation menée dans un premier temps à Stains, Saint-Denis, Pierrefitte et Villetaneuse pourra être étendue à d'autres établissements de l'académie.