Gros dispositif de sécurité au procès

— 

L'avocat Paul-Charles Deodato, n'avait jamais vu un tel déploiement de sécurité. Depuis hier, Antonio Ferrara, Joseph Menconi et Loïc Delière sont jugés en appel devant les assises de l'Essonne, à Evry, pour le braquage d'un fourgon de la Brink's fin 2000 à Gentilly (Val-de-Marne). En début d'audience, Paul-Charles Deodato, défenseur du « roi de la belle » depuis quatorze ans, a déposé des conclusions « pour dénoncer ce service d'ordre inadmissible » qui, selon lui, influencerait les jurés. La cour a décidé de surseoir à statuer sur cette demande. Le 26 décembre 2000, une dizaine de malfaiteurs avait ouvert le feu sur un fourgon blindé, avant de s'emparer d'un butin de plus de six millions d'euros. Les empreintes génétiques des trois accusés avaient été retrouvées sur une partie de l'argent. En première instance, Ferrara et Menconi, âgés de 35 et 43 ans, ont été condamnés à onze ans de réclusion criminelle, Delière 31 ans, à neuf ans de prison. Le procès doit durer jusqu'au 10 avril. ■