RER A : La RATP installe de nouveaux appareils de mesure de la qualité de l’air à Châtelet et Nation

POLLUTION Chaque appareil installé par la RATP coûte 100.000 euros

Romarik Le Dourneuf
— 
Le nouvel appareil de mesure de la qualité de l'air installé sur le quai du RER A à la gare Nation (20e).
Le nouvel appareil de mesure de la qualité de l'air installé sur le quai du RER A à la gare Nation (20e). — R.Le Dourneuf

Les Franciliens vont pouvoir en savoir plus sur la qualité de l’air qu’ils respirent dans les couloirs du RER A à Paris. Ce jeudi, la RATP a installé deux nouvelles bornes de mesure de la qualité de l’air dans les stations RER A de Nation et de Châtelet-Les Halles. Ces appareils captent les particules qui se baladent dans l’air, les trient et les pèsent. Des prélèvements sont ensuite effectués pour en connaître la composition. « Notre objectif est de jouer au maximum la transparence », a assuré Sophie Mazoué, directrice du développement durable de la RATP.

Une plainte déposée contre la RATP

Trois bornes sont déjà en service dans les stations Châtelet, Franklin D.Roosevelt et Auber. Les données, visibles en permanence sur le site Internet de la RATP, ont fait polémique après la plainte de l’association Respire et du syndicat autonome de la RATP (SAT-RATP) qui les estiment faussées. La RATP travaille dans le même temps sur une nouvelle garniture de frein qui va être testée sur deux trains du RER A pendant une année. Elles doivent limiter les émissions de particules au freinage des trains. D’autres solutions, comme l’augmentation de la part du freinage électrique au détriment du freinage mécanique sont aussi à l’étude.