la ville de paris aide le scooter électrique à démarrer

— 

Rouler vert sans renoncer aux avantages du scooter. Tentant. D'autant plus que depuis ce week-end, la Ville de Paris subventionne à hauteur de 25 % (dans la limite de 400 euros) l'achat d'un cyclomoteur électrique d'une puissance équivalente à 50 cm3. Reste à faire son choix entre la vingtaine de modèles disponibles. Pour vous guider, 20 Minutes a rendu visite à l'Espace mobilités électriques* (EME), injustement méconnu, et essayé plusieurs « e-scooters ».

Premier au classement : l'EVT 168. Confortable, facile à manier, il a un look rétro inspiré de la Vespa. Y a-t-il une différence avec le scooter classique ? Oui, ce n'est pas la même conduite, c'est beaucoup plus doux. On finit par atteindre une certaine vitesse, mais de façon plus progressive. Etonnant aussi, le silence, très agréable, mais presque dangereux, car les piétons ne vous entendent pas arriver...

L'e-Max 110S, sorti au printemps dernier, est un électrique « nouvelle génération » (plus d'autonomie et de puissance). Il est pourtant moins convaincant. Plus lourd, plus large que l'EVT 168, un poil plus bruyant aussi. Il séduira plus facilement les conducteurs masculins. Dernier essai : celui de l'EVT 4 000e, maniable mais pas très joli, avec son esthétique un peu datée. L'e-Solex, qui devrait bientôt être exposé à l'EME, ne se positionne pas dans la même catégorie. Limité à 35 km/h, il s'adresse plus aux cyclistes qui sont épuisés par de longues distances à parcourir au quotidien. C'est pourtant sur cet engin que la prime municipale est la plus intéressante. Même si le passage à la version 2 a fait grimper son prix (de 1 200 à 1 600 euros), c'est le seul à être abordable. Les autres modèles dépassent tous les 2 700 euros. L'e-Max culmine même à 3 500 euros ! Pour ce tarif-là, on peut facilement s'offrir un 125 cm3 thermique. Conclusion, l'achat d'un électrique reste un acte militant. Mais les spécialistes misent sur la potentielle réapparition du Scoot'élec, abandonné par Peugeot en 2003, pour doper le marché. Et peut-être faire baisser les prix. ■Lise Martin

*Espace mobilités électriques, 16, rue de la Tour-des-Dames (9e).