Histoire d'améliorer son train de vie

Rémi Laporte

— 

Halte au chômage et à la discrimination. Le Train pour l'emploi et l'égalité des chances stationnait hier gare de Lyon, avec, à bord, une quinzaine d'entreprises et d'organismes venus proposer plus de 5 600 offres d'emplois, du CAP au bac + 5. « Les personnes qui se déplacent ici sont assurées de ne pas être victimes de discrimination à l'embauche », selon Michel Fremder, directeur général de Trains Expo, filiale de la SNCF. Sur place, Alexis, 23 ans, apprécie l'esprit de la manifestation : « Ces rencontres informelles permettent d'être moins stressé. »

Sur le quai, les entreprises ont aiguillé les candidats avant de les recevoir pour un entretien dans le wagon, quand leur profil correspondait à une offre. L'an passé, près de 22 000 personnes avaient saisi l'occasion lors du premier tour de France du Train pour l'emploi. Michel Fremder rapportait hier que « près de 10 % ont décroché un emploi ». Parmi elles, Inès, guichetière dans un bureau de poste à Bondy (93) : « Je suis venue en 2008 au Train pour l'emploi à Montparnasse. J'ai déposé un CV et j'ai vite été rappelée. Après des tests et un ultime entretien, j'ai obtenu un CDI. C'était plus rapide, original et concluant que le dépôt classique de CV ! » Pour ceux qui auraient raté le train, une nouvelle halte est prévue gare de l'Est le 31 mars. ■