Paris : L’ex-magasin Tati de Barbès va devenir un immeuble de logements, commerces et bureaux

RENOUVEAU Le développeur immobilier choisi est Immobel France

20 Minutes avec AFP
— 
(Illustration) Magasin de l'enseigne à bas prix, Tati, dans le quartier de Barbès à Paris, dans le 18ème arrondissement.
(Illustration) Magasin de l'enseigne à bas prix, Tati, dans le quartier de Barbès à Paris, dans le 18ème arrondissement. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

La crise sanitaire avait précipité sa fermeture : l’ex-magasin Tati du quartier Barbès, à Paris, va accueillir d’ici 2024 environ 35 logements, dont un tiers de logements sociaux, a annoncé vendredi la mairie. Le développeur immobilier choisi est Immobel France.

Le projet conçu prévoit 8.000 m2 de logements, commerces – dont un hôtel – et bureaux « sans dénaturer ce lieu emblématique du 18e arrondissement » bien connu des Parisiens et des touristes, souligne la mairie dans un communiqué. Parmi la trentaine de logements familiaux réalisée, pour une surface de 2.400m2, un tiers sera réservé au logement social, via la Régie immobilière de la ville de Paris (RIVP), et les deux autres tiers à l’accession à la propriété, a précisé la mairie à l’AFP.

Ces logements occuperont la partie faubourienne de l’ensemble, tandis que l’immeuble haussmannien situé au croisement des boulevards Barbès et Rochechouart sera plutôt réservé aux bureaux, avec un espace culturel au rez-de-chaussée.

« Le moins de démolition possible »

Choisi dans le cadre de l’appel à projets Réinventer Paris 3, qui cible des immeubles de bureaux ou des commerces pour les transformer notamment en logements, le dossier d’Immobel France « prévoit le moins de démolition possible en conservant 65 % des planchers et 84 % des façades existantes, dont la préservation intégrale de l’immeuble haussmannien », souligne la mairie. L’objectif est de livrer l’ensemble pour le premier semestre 2024, un délai « ambitieux » selon la mairie.

Le magasin populaire coiffé de l’enseigne vichy rose Tati depuis 1948 avait été repris en 2017 par le groupe GPG, qui avait annoncé en juillet 2020 sa fermeture, la fréquentation ayant été fortement affectée par la crise sanitaire.

Pour mener à bien son projet, le groupe belge Immobel rachète donc le bâtiment aux propriétaires actuels, la famille Ouaki – fondatrice de Tati – et GPG, propriétaire de l’enseigne Gifi. La vente définitive doit avoir lieu cet automne, selon la mairie.