Paris : La circulation limitée à 30 km/h dans presque toute la capitale dès fin août

CIRCULATION Cette mesure vise à faire « baisser les nuisances sonores » et à « adapter » la ville au changement climatique

20 Minutes avec AFP
— 
Le 9 juillet 2018, à Paris. Des voitures circulent sur une route à cinq voies, quai de la Rapée (à gauche). Le métro de la ligne 5 passe sur le viaduc d'Austerliz, qui enjambe la Seine.
Le 9 juillet 2018, à Paris. Des voitures circulent sur une route à cinq voies, quai de la Rapée (à gauche). Le métro de la ligne 5 passe sur le viaduc d'Austerliz, qui enjambe la Seine. — Clément Follain / 20 Minutes

Dès fin août, la circulation des véhicules sera limitée à 30 km/h dans presque tout Paris, hormis le périphérique, les boulevards des maréchaux et quelques axes, a annoncé l’adjoint aux transports et à la voirie de la maire PS Anne Hidalgo, David Belliard (EELV), ce jeudi.

Cette mesure, prise en concertation avec la préfecture de police, vise d’abord à améliorer la Sécurité routière, à faire « baisser les nuisances sonores » et à « adapter » la ville au changement climatique, a fait valoir l’élu écologiste. Aujourd’hui, 60 % de la capitale doit déjà respecter cette limitation.

Diminuer la place de la voiture

Le boulevard périphérique, que la Ville voudrait faire passer à 50 km/h, reste limité à 70 km/h. Les boulevards des maréchaux, deux portions des quais de Seine, certaines voies des bois de Boulogne et Vincennes, quelques grands axes de l’ouest parisien (Champs-Elysées, Foch, Grande Armée, rue Royale), du XIIe (est) et du XIVe (sud) restent limités à 50 km/h.

« L’enjeu, c’est de diminuer la place de la voiture, ce qui passe par la baisse de la vitesse », a assumé l’adjoint chargé de la transformation de l’espace public qui veut ainsi « sécuriser » les rues de la capitale « pour les plus vulnérables : les piétons, les cyclistes, les enfants et les seniors ».

Cette mesure vise aussi à aller vers une « ville moins bruyante », souligne David Belliard. « On baisse les nuisances sonores, on fluidifie le trafic en diminuant les effets d’accélération et de décélération », a encore dit l’adjoint, rappelant qu’il s’agissait d’un engagement de campagne des écologistes repris par Anne Hidalgo lors de sa réélection en 2020.