Un studio pour reprendre pied

— 

Murs blancs, parquet, meubles en bois clair et rideaux vert pomme. Yori Da Silva, un jeune Portugais, fait visiter son coquet studio. « Tout était meublé. Mais le tapis, c'est à moi », glisse-t-il fièrement. Yori fait partie des trente et un jeunes sans-abri accueillis depuis décembre dans le nouveau centre d'hébergement aménagé par la Ville rue Gutenberg (15e). La spécificité du lieu, géré par l'association Corot : chaque résident loge dans un studio individuel, et peut y rester jusqu'à un an. Le temps de reprendre pied. « Ils arrivent ici après des parcours chaotiques faits de ruptures familiales et d'échec scolaire, souligne Aurélie Coudé, une des deux conseillères du centre. Nous les accompagnons dans leurs démarches administratives, leur projet professionnel. » Yori, qui a « logé chez des amis ici et là et dormi parfois dans des bus de nuit », a par exemple repris une formation pour obtenir l'équivalent du bac et tenter de devenir agent d'escale.

Magou, à 23 ans seulement, a elle aussi déjà connu la longue galère des squats et des hôtels insalubres. « J'ai décroché après un conflit avec mon père, mais depuis que je me suis posée ici, je retrouve mon énergie, confie-t-elle, un oeil sur ses bonnes résolutions affichées au-dessus de son petit bureau. Par contre, quand je vois le prix des logements à Paris, je m'inquiète pour la suite... » ■L. M.