Paris : Faute d'hébergement, des migrants sans-abri installent 250 tentes sur le parvis de l’Hôtel de Ville

HEBERGEMENT Originaires pour la plupart d’Afrique subsaharienne, ces personnes ont déployé leurs tentes à 20 heures jeudi soir

20 Minutes avec AFP

— 

Les migrants à la rue réclament des solutions d'hébergement à la mairie de Paris.
Les migrants à la rue réclament des solutions d'hébergement à la mairie de Paris. — GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Sur le parvis de l’Hôtel de Ville de Paris, les bâches colorées des tentes se sont déployées. Des migrants sans-abri et leurs soutiens ont installé jeudi 24 juin environ 250 tentes sous les bureaux de la maire de Paris, Anne Hidalgo, pour réclamer une solution d’hébergement. Ces personnes, pour l’essentiel des familles originaires d’Afrique subsaharienne ou des mineurs, ont déployé les tentes pour s’y installer au moment où les cloches de la mairie sonnaient 20 heures. Selon l’association à l’origine de l’action, Utopia56, les tentes étaient toujours déployées ce vendredi matin.

« On réclame leur mise à l’abri parce que depuis deux, trois semaines, on ne s’en sort plus, notre réseau d’hébergement solidaire est complètement saturé. On a alerté la préfecture (de la région Ile-de-France), mais on n’a eu aucune réponse. On espère que la mairie (PS) va nous apporter son soutien », a déclaré sur place Kerill Theurillat, un responsable local de l’association Utopia56, à l’origine de l’action.

« Cette politique de non-accueil envers les personnes exilées est un choix. Tout est construit pour décourager ces personnes, aux dépens des valeurs européennes, de leur intégration et des droits humains », a abondé Maël de Marcelus, autre responsable d’Utopia56.

Des enfants vulnérables à la rue

Sur le parvis, déjà occupé le 1er septembre dernier par une action similaire, Diabaté Bandiaba, une Ivoirienne de 29 ans installée dans une tente avec sa fille de deux ans, explique vouloir sortir du cycle d’hébergement pour une nuit « avant d’être remise dehors », qu’elle vit depuis six mois et le rejet de sa demande d’asile.

Plus loin, Agnini Kouamé, père d’une fillette de deux ans née en France, ne demande rien d’autre. « On cherche une solution plus longue. A la rue, notre enfant est toujours malade. On est ici parce qu’on n’a vraiment pas le choix », explique cet autre Ivoirien de 41 ans.

Des signalements en hausse

Dans une lettre datée de mercredi envoyée par la mairie de Paris à la préfecture de région et consultée par l’AFP, l’adjoint d’Anne Hidalgo en charge de l’accueil des réfugiés, Ian Brossat, attire l’attention de l’État « sur la situation des familles demandeuses d’asile sans solution d’hébergement à Paris, dont les signalements se multiplient ».

« Pour ne pas laisser perdurer cette situation, au risque de voir se reconstituer des campements de grande ampleur tels qu’ils ont pu exister ces dernières années dans le Nord parisien », a-t-il ajouté, « nous demandons qu’une prise en charge des familles puisse être réalisée dans les meilleurs délais ».