Paris : Le stationnement payant des scooters et motos, « une ségrégation sociale », selon Pécresse

HORODATEUR La mairie de Paris a annoncé, mardi, qu’elle allait rendre payant le stationnement des scooters et motos thermiques à partir de 2022

20 Minutes avec AFP

— 

Valérie Pécresse, présidente sortante de la région Ile-de-France et candidate à sa réélection.
Valérie Pécresse, présidente sortante de la région Ile-de-France et candidate à sa réélection. — Gabrielle CEZARD/SIPA

L’annonce, par la mairie de Paris, de rendre payant à partir de 2022 le stationnement des motos et scooters thermiques, est loin de faire l’unanimité. « Anne Hidalgo, avec son péage et la taxe sur les deux-roues, est en train de faire de la ségrégation sociale et de fermer Paris », a accusé ce jeudi Valérie Pécresse, présidente ex-LR de l’Ile-de-France, candidate à sa réélection.

La hausse des tarifs de stationnement pour les visiteurs « c’est un nouveau péage, un péage urbain qui est en train d’être instauré par la mairie de Paris vis-à-vis des banlieusards qui vont devoir payer six euros de l’heure [pour une automobile] », a-t-elle dénoncé sur Europe 1, à trois jours du premier tour des élections régionales. Et d’ajouter : « C’est l’écologie punitive que je réprouve parce que je lutte contre la pollution mais avec une écologie positive qui va aider les automobilistes à changer de voiture. Je lutte contre la pollution, pas la bagnole. »

Mesure sociale d’accompagnement

Elle voit aussi avec l’entrée en vigueur au 1er juin de la Zone à faibles émissions dans le Grand Paris, à l’intérieur de l'A86, interdite aux véhicules les plus polluants, « une autre ségrégation sociale ». « Le principe est bon, le problème c’est qu’aucune mesure sociale d’accompagnement n’a été prise ni par la mairie de Paris ni par personne », a-t-elle critiqué, en promettant « une aide de 6.000 euros pour que les automobilistes qui habitent ou travaillent dans la ZFE puissent changer leur voiture ».