Paris veut construire un mémorial pour les femmes victimes de violence

HOMMAGE Le Conseil de Paris a adopté un vœu pour ériger un mémorial dans le 13e arrondissement aux femmes victimes de violence

A.L.
— 
Illustration violences conjugales
Illustration violences conjugales — Canva

Les femmes victimes de violence auront désormais un lieu pour qu’on se souvienne de ce qu’elles ont vécu. Ainsi en a décidé le Conseil de Paris, qui a adopté à l’unanimité un vœu du maire socialiste du 13e arrondissement en ce sens, Jérôme Coumet.

Ce mémorial pourrait se situer non loin de la place de la Bergère-d’Ivry, dans le 13e arrondissement, comme l’a proposé l’élu. Aimée Millot était une jeune bergère assassinée par Honoré Ulbach, le 25 mai 1827, par « dépit amoureux ».

220.000 femmes victimes de violence chaque année

« C’est sans doute une première en France », a souligné le maire du 13e en Conseil de Paris, avant d’égrener les chiffres des violences faites aux femmes. En France, une femme meurt assassinée par son conjoint ou ex-conjoint tous les deux jours et demi. Lundi 31 mai, une femme est morte à Douai après avoir été battue par son conjoint. Elle avait le corps et le visage recouverts d’hématomes. Chaque année 220.000 femmes sont victimes de violences physiques psychologiques et ou sexuelles.

« Nous souhaitons qu’un lieu à Paris, dans le 13e, leur soit dédié », a déclaré Jérôme Coumet, pour qui ce lieu doit permettre de « nous rassembler, de nous recueillir, de crier aussi notre indignation ». « Un lieu symbolique pour leur rendre hommage, pour briser le silence », résume l’élu. « Il s’agit de rappeler avec force dans notre espace public cette réalité insupportable », souligne aussi sur Twitter Laurence Patrice, adjointe à la maire de Paris.