Régionales en Ile-de-France : EELV propose une licence sportive et culturelle pour les jeunes à 10 euros

INFO « 20 MINUTES » Julien Bayou, candidat à la présidence de l’Île-de-France, veut que « l’argument économique ne soit pas un frein à la découverte » du sport et de la culture

Aude Lorriaux

— 

Une séance de paddle nautique à Paris, en décembre 2018.
Une séance de paddle nautique à Paris, en décembre 2018. — Tristan Reynaud/SIPA

Sale temps pour les associations sportives et culturelles. Alors que la crise sanitaire a gravement impacté les demandes d’adhésion en clubs en Ile-de-France, EELV veut les aider en donnant un coup de pouce aux jeunes franciliens et franciliennes. L’idée : que la licence (adhésion et cotisation) ne coûte que 10 euros aux 15-25 ans, au lieu de « 50 à 150 euros » habituels selon Julien Bayou, candidat à la présidence de l’Île-de-France (entre 30 et 120 euros selon l’Ufolep, l’Union française des œuvres laïques d’éducation physique, qui précise que la plupart des activités coûtent entre 20 et 30 euros).

L’élu au conseil régional et secrétaire national d’EELV pointe un risque « d’effondrement du milieu culturel ». La crise sanitaire n’a effectivement pas boosté les vocations. Beaucoup de jeunes ont préféré ne pas s’inscrire, ou prendre des tickets ponctuels, plutôt que de payer des centaines d’euros pour une licence qu’ils et elles risquaient de ne pas utiliser. Le nombre de licences délivrées au niveau national pour la saison 2020-2021 aurait baissé de 20 % à 30 %. Qu’en sera-t-il pour la prochaine saison ?

« La crise a coupé les vocations »

300.000 bénéficiaires sont visés, et pas que les 15-25 ans. Les plus jeunes et les plus vieux pourraient aussi bénéficier d’un coup de pouce, sous conditions de ressources, « pour que l’argument économique ne soit pas un frein à la découverte », fait valoir Julien Bayou. « Il y a des personnes qui peuvent s’offrir la licence, tant mieux, d’autres doivent arbitrer entre loisirs et alimentation », ajoute-t-il.

L’enjeu est économique mais aussi sanitaire. EELV estime que cette chute des adhésions a des conséquences sur la santé physique et mentale des jeunes. « La crise a coupé les vocations qui sont essentielles pour le bien-être », met en avant Julien Bayou.

RSA jeunes, don de vélos, pass imagin’R gratuit

EELV chiffre la mesure à 10 millions par an pendant le mandat, ainsi qu’un effort spécifique de 15 millions pour 2021-2022. C’est moins que les 20 millions d’euros du Plan de Sauvegarde des Clubs annoncés par Valérie Pécresse pour 2021-2022, mais qui pour Julien Bayou risquent de ne jamais être dépensés. « Le budget de Pécresse, c’est 58 % de réalisé », pointe l’élu, en s’appuyant sur un rapport de la chambre régionale des comptes de 2018. « C’est juste une mesure d’affichage, qui n’est pas précise, et qui sera inapplicable en Ile-de-France, car le montant est ridiculement bas », réagit pour sa part Patrick Karam, vice-président du conseil régional, en charge notamment des sports et de la jeunesse, qui estime aussi qu’il sera « très difficile de gérer des centaines de milliers de bénéficiaires potentiels ».

L’idée d’une licence à 10 euros s’inscrit dans un vaste ensemble de mesures pour les jeunes, qui sont par ailleurs une demi-douzaine à être en position éligible sur les listes du parti. « Notre programme est pensé pour l’avenir, donc forcément tout le programme est pensé pour la jeunesse », vante Julien Bayou.

Le candidat à la présidence de la région Ile-de-France cite notamment le RSA jeunes, l’extension de la gratuité du pass imagin’R à tous les moins de 25 ans d’Ile-de-France ou encore le don de vélos à tous les lycéens et lycéennes qui le souhaitent. Aux élections européennes de 2019, EELV s’était imposé comme le premier parti chez les 18-24 ans. Le parti va-t-il rééditer ce score pour les régionales ?