Une enquête ouverte après une agression raciste devant un restaurant de Cergy Pontoise

AGRESSION Une vidéo montre un homme proférer des injures à caractère raciste envers une riveraine. Un livreur aurait également été victime d’injures

Mathilde Cousin
— 
Illustration d'un policier.
Illustration d'un policier. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA
  • Une vidéo, relayée sur les réseaux sociaux, montre un homme proférer des injures à caractère raciste envers une habitante de Cergy Pontoise.
  • Selon cette riveraine, l’homme aurait également proféré des injures à caractère raciste envers un livreur.
  • Une flaque de sang est visible à côté du livreur dans la vidéo.

Une enquête a été ouverte ce lundi après la diffusion de vidéos montrant un homme proférer des insultes à caractère raciste. Les images, filmées dimanche par une riveraine à Cergy Pontoise (Val-d’Oise), montrent un homme devant un restaurant s’en prendre verbalement à la femme qui le filme. Celle-ci explique que l’homme aurait aussi proféré des insultes à caractère raciste envers un livreur. Une flaque de sang est d’ailleurs visible à côté de celui-ci.

La police du Val d’Oise a annoncé ce lundi avoir « ouvert une enquête d’initiative pour identifier l’auteur et établir les faits. » Un différend violent possiblement lié à un tapage émanant du restaurant serait à l’origine de ces faits, indique la police nationale à 20 Minutes.

Le livreur a déposé plainte

Face aux commentaires reçus après la diffusion de la vidéo, le restaurant a expliqué que le suspect ne travaille pas chez lui. Le gérant a expliqué au Parisien qu’il s’agirait d’un homme qui aurait voulu dîner au restaurant. « Il y a quatre personnes qui sont passées vers 22h30 et qui voulaient manger, a-t-il détaillé au quotidien. Comme on ferme à 21 heures, on les a refusées. Après, c’est parti en cacahuètes et ils ont tapé un livreur UberEats qui attendait. »

Le suspect est en cours d’identification. Le livreur a quant à lui déposé plainte pour violences, menaces et injures racistes. La femme qui a filmé s’est dite « choquée » et a indiqué sur les réseaux sociaux être allée déposer plainte ce lundi. Il y a quinze jours, un livreur en Mayenne avait déjà été victime d’une injure raciste. L’homme avait porté plainte au commissariat de Laval.

La Licra a effectué un signalement au procureur

Relayées sur les réseaux sociaux, les images ont suscité l’indignation. Le contenu violent a été signalé à la plateforme Pharos et la Licra a effectué un signalement auprès du procureur de la République. SOS Racisme a précisé apporter son soutien à la victime.

Marlène Schiappa, ministre déléguée chargée de la citoyenneté et candidate LREM aux élections régionales, a ajouté avoir demandé « que l’on étudie la possibilité d’un article 40 pour signaler les faits au Procureur de la République ». Avec cet article 40, tout fonctionnaire ou officier public qui « dans l’exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d’un crime ou d’un délit » doit en informer « sans délai » le procureur de la République.