Ces jeunes politiques qui jouent déjà un rôle capital à Paris

Magali Gruet Photos : Sébastien Ortola

— 

Le 16 mars 2008, ces trentenaires, qui évoluent dans le milieu politique depuis leur adolescence, étaient élus pour la première fois. En les inscrivant en haut des listes pour les municipales, leur parti respectif leur assurait des postes de conseillers de Paris.

Ian Brossat, le plus jeune président de groupe du Conseil de Paris de l'histoire, offre un nouveau visage au PCF, après plus de dix ans de militantisme dans le parti. Très impliqué dans le milieu associatif, il sort des « coups » au Conseil de Paris et s'impose dans les médias.

Seybah Dagoma, surnommée « la Rama Yade de gauche » au Parti socialiste, était missionnée par Bertrand Delanoë pour reprendre le 1er arrondissement à la droite aux dernières élections municipales. Elle échoue, mais se voit confier un poste d'adjointe chargée de l'Economie sociale et solidaire par le maire de Paris, et multiplie désormais les projets.

Pierre-Yves Bournazel s'est fait connaître l'année dernière comme porte-parole de Françoise de Panafieu, lors de la campagne pour la Mairie de Paris, volant la vedette à Jean-François Lamour, qui devait également occuper cette fonction. Quelques mois plus tard, il prend la tête de l'UMP du 18e, et rêve désormais de sa propre mairie.

Des trentenaires que l'on retrouvera certainement en haut de l'affiche électorale lors des prochains scrutins. ■Elu PCF du 18e, 28 ans, pacsé.

Né à Fontenay-aux-Roses (92), il intègre Normale sup à Lyon et obtient une agrégation de lettres, puis un DEA. Il était prof de lettres à Sarcelles.

Age d'engagement en politique « 17 ans. Ma première adhésion au PC. »

Pourquoi ce parti ? « Ma famille était très engagée à gauche. Mes parents se sont rencontrés à la LCR [Ligue communiste révolutionnaire]. Je partageais leurs idées. Mais par rapport à eux, c'était presque un virage à droite ! »

De qui vous sentez-vous proche politiquement ? « De personne aujourd'hui. »

Dernière manifestation ? « Avec les enseignants du 18e, contre les suppressions de postes. »

Où vous voyez-vous dans cinq ans ? « Devant une salle de classe. J'aimerais reprendre mon boulot, au moins à temps partiel. »

Et dans vingt ans ? « Je rêve d'ouvrir une maison d'édition. Jusqu'à présent, je n'en ai pas eu le temps. »

Avez-vous un compte Facebook et combien d'amis ? « Oui, et il m'a surtout servi à retrouver d'anciens élèves. J'y vais souvent, mais je ne l'utilise pas trop à des fins politiques. Je ne sais même pas envoyer d'invitation ! Pierre-Yves [Bournazel] n'en a pas. Seybah [Dagoma] en a un, mais j'espère qu'elle a moins d'amis que moi [rires] ! » (Lire ci-contre).

Dernier livre lu ? « Un bouquin d'urbanisme, Quand la Ville se défait de Jacques Donzelot. Ça va paraître chiant ! Sinon je lis beaucoup de polars. »

Livre préféré ? « Le Portrait de Dorian Gray d'Oscar Wilde. »

Dernier CD acheté ? « Beyoncé. J'assume [rires]. »

Groupe ou chanteur(se) préféré(e) ? « Raphaël - j'avoue vraiment n'importe quoi [rires] ! »

BD préférée ? « Je n'en lis jamais. »

Film culte ? « Goutte d'eau sur pierres brûlantes de François Ozon, pour son atmosphère inquiétante. »

Vin préféré ? « Je n'en bois jamais. Je suis au Coca Light ou Zero. »

Bar préféré ? « La Villa des Abbesses (18e). »

Boîte préférée ? « Je ne sors plus depuis sept ans. »

Comment vous déplacez-vous ? « En métro et à pied. Je marche beaucoup. »

Possédez-vous un vélo ou une voiture ? « Rien de tout cela. Et je n'ai pas le permis. »

Faites-vous du sport ? « Je vous ai dit que je marchais beaucoup [rires] ! »

Elue PS du 1er, 30 ans, célibataire.

Née à Nantes (Loire-Atlantique), originaire du Tchad, elle a un DEA de droit des affaires et économie à la Sorbonne. Spécialité financement de projet et financement structuré à l'Ecole nationale des ponts et chaussées. Elle a exercé comme avocate.

Age d'engagement en politique « Je milite dans l'associatif à Sarcelles depuis que j'ai 16 ans, mais sans prendre ma carte. Je ne l'ai que depuis 2005, mais je connaissais déjà bien le parti. »

Pourquoi ce parti ? « C'était une évidence, j'ai toujours été de gauche. Le fait d'avoir grandi à Sarcelles, une ville de gauche, compte certainement dans mon engagement. »

De qui vous sentez-vous proche politiquement ? « Dominique Strauss-Kahn. »

Dernière manifestation ? « Samedi dernier, pour soutenir les Antilles. »

Où vous voyez-vous dans cinq ans ? Dans vingt ans ? « Je ne sais pas. Je n'ai qu'une seule certitude, je veux continuer à me battre pour une justice sociale. Sinon j'aurais aimé être commandant de bord, car j'adore voyager, mais c'est un peu tard [rires]. »

Avez-vous un compte Facebook et combien d'amis ? « Oui, et il m'a permis de retrouver un ancien copain de lycée, ça m'a fait trop plaisir. Je rencontre plein de gens comme ça, je les invite à mes débats. Mon nombre d'amis, attendez je regarde... Ian en a 660 ? C'est pas mal. J'en ai 1 120, petite raclée [rires] ! »

Dernier livre lu ? « Le Monde d'après de Pigasse et Finchelstein. »

Livre préféré ? « Le Joueur d'échecs de Stefan Zweig. »

Dernier CD acheté ? « Ayo, Zoulou Boy, Serge Gainsbourg. »

Groupe ou chanteur(se) préféré(e) ? « Ray Charles. »

BD préférée ? « Aya de Youpougon. C'est génial. L'histoire d'une fille qui raconte la vie dans un quartier populaire de Côte d'Ivoire. Je suis fan. »

Film culte ? « Le Parrain avec Pacino. »

Vin préféré ? « Je ne bois pas d'alcool, je bois du thé toute la journée. »

Bar préféré ? « Le Coup d'Etat, rue Saint-Honoré (1er). J'aime l'ambiance pour lire un bouquin tranquillement le dimanche, ou la presse le soir. »

Boîte préférée ? « J'adore danser. J'allais souvent au Cab à une époque, et au Coeur Samba. Mais je n'y ai pas mis les pieds depuis plusieurs mois. »

Comment vous déplacez-vous ? « A pied ou en métro. »

Possédez-vous un vélo ou une voiture ? « Je n'ai ni vélo ni permis. »

Faites-vous du sport ? « Je vais me remettre à la course et à la danse. J'ai arrêté à cause de la campagne des municipales, et je dois maintenant perdre les kilos superflus qui ne m'ont pas loupée ! »

Elu UMP du 18e, 31 ans, célibataire.

Né à Riom-ès-Montagnes (Cantal), il est diplômé de l'Institut d'études politiques de Toulouse. Il travaille comme conseiller en communi­cation auprès de la garde des Sceaux, Rachida Dati.

Age d'engagement en politique « J'ai pris ma carte au RPR lorsque j'avais 16 ans. »

Pourquoi avoir rejoint ce parti ? « Dans ma famille, on ne faisait pas de politique, mais ce n'était pas un repoussoir non plus. Mon héros, c'était le général de Gaulle ».

De qui vous sentez-vous proche politiquement ? « Nicolas Sarkozy. »

Dernière manifestation ? « En février 2006, après l'enlèvement d'Ilan Halimi [jeune enlevé durant trois semaines et torturé à mort]. »

Où vous voyez-vous dans cinq ans ? « A la mairie du 18e arrondissement. »

Et dans vingt ans ? « Je ne me projette pas. Je veux continuer à servir mon pays. »

Avez-vous un compte Facebook ? « Non. »

Dernier livre lu ? « J'ai deux livres sur ma table de chevet : les Mémoires du général de Gaulle et Proust. »

Livre préféré ? « Chaque homme dans sa nuit de Julien Green. »

Dernier CD acheté ? « Jacques Brel, une compilation d'opéra et Grégoire. Je crois que je l'ai téléchargé sur un truc... iTunes, c'est ça ? »

Groupe ou chanteur(se) préféré (e) ? « Coldplay. Et j'aime bien Manu Larrouy, qui chante un Mec à la cool. »

BD préférée ? « J'en lis très peu. Mon souvenir d'adolescence, c'est Tintin. »

Film culte ? « In the Mood for Love. »

Vin préféré ? « Un rouge léger. Un simple brouilly me suffit. »

Bar préféré ? « Chez Ginette, rue Caulaincourt (18e). »

Boîte préférée ? « Ça fait un moment que je ne suis pas sorti, mais je dirais le Banana Café [rires]. »

Comment vous déplacez-vous ? « En métro et à pied. »

Possédez-vous un vélo ou une voiture ? « J'ai le permis, mais pas de voiture. »

Faites-vous du sport ? « De la marche et du tennis. J'aime marcher dans Paris à n'importe quelle heure du jour et de la nuit. Les quartiers ne sont pas les mêmes à 9 h et à 17 h. » ■Recueilli par M. G.