L’incendie sur un site classé Seveso à Bezons, en banlieue parisienne, a été maîtrisé

FAITS DIVERS Le feu s’est déclaré dans une usine de traitement et revêtement de métaux de l’entreprise Protec, spécialisée dans le traitement de surfaces

20 Minutes avec AFP

— 

Un camion de pompiers. (illustration)
Un camion de pompiers. (illustration) — PHILIPPE HUGUEN / AFP

Un incendie est en cours jeudi matin sur un site industriel classé Seveso à Bezons (Val-d’Oise), en banlieue parisienne, a été maîtrisé sans faire de victime et les premières analyses ne révèlent pas de pollution inquiétante de l’environnement, a annoncé jeudi à l’AFP le préfet du Val-d’Oise.

Un feu, d’origine inconnue, a été signalé à 8h55 dans une usine de traitement et revêtement de métaux de l’entreprise Protec, spécialisée dans le traitement de surfaces, un site en bord de Seine classé Seveso « seuil bas ». L’incendie, qui a entraîné l’intervention d’une centaine de pompiers, a finalement été maîtrisé à 11h24. De spectaculaires photos postées par des témoins sur les réseaux sociaux ont montré dans la matinée une importante colonne de fumée noire visible à plusieurs kilomètres à la ronde dans l’ouest de la région parisienne, et même depuis la capitale.

Pas de « toxicité particulière »

« Le sinistre a principalement concerné la zone de production de l’entreprise qui a été en partie détruite. La zone de stockage des produits chimiques n’a pas été impactée », a déclaré à l’AFP Amaury de Saint-Quentin, préfet du Val-d’Oise. La société Protec utilise notamment des acides et du cyanure. Du fait de la nature du site sinistré, les eaux utilisées par les pompiers pour éteindre l’incendie sont stockées dans des bacs de rétention avant d’être évacuées dans l’après-midi par une entreprise spécialisée, de même que les produits chimiques entreposés, a indiqué Amaury de Saint-Quentin. Aucune eau n’a en principe été rejetée dans la Seine.

« Les premières analyses de fumée ne font pas apparaître de toxicité particulière », a-t-il ajouté. Des analyses complémentaires étaient en cours en début d’après-midi au laboratoire central de la préfecture de police de Paris. Seuls cinq riverains de cette zone d’activité « ont été évacués à titre préventif » durant l’incendie, a rapporté le préfet.

La dernière inspection de cette usine Protec par la direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL) a eu lieu en octobre 2020, selon le portail Géorisques du gouvernement. L’entreprise n’était pas joignable dans l’immédiat. Département de grande couronne de Paris, le Val-d’Oise compte 11 sites Seveso « seuil bas » et 4 « seuil haut », catégorie considérée comme plus dangereuse, d’après Géorisques.