Coronavirus à Paris : Une enquête ouverte contre une fausse infirmière laborantine qui a réalisé un test

INVESTIGATIONS La fausse infirmière a demandé 15 euros en liquide à la victime

M.A.
— 
Coronavirus à Paris : Une enquête ouverte contre une fausse infirmière laborantine qui a réalisé un test (Illustration)
Coronavirus à Paris : Une enquête ouverte contre une fausse infirmière laborantine qui a réalisé un test (Illustration) — AFP

Combien de personnes a-t-elle arnaquées ? Le commissariat central du 5e et du 6e arrondissement de Paris a ouvert une enquête, lundi dernier, pour « escroquerie liée à la pandémie au préjudice d’un laboratoire médical » après le signalement d’une fausse infirmière laborantine qui a réalisé illégalement un test antigénique, a révélé Le Parisien, ce samedi.

Le 18 mars, un homme qui faisait la queue devant un laboratoire du réseau Cerballiance, où il avait rendez-vous pour se faire tester, s’est fait aborder sur le trottoir par une femme se faisant passer par une infirmière laborantine.

L’en-tête du laboratoire grossièrement plagié

« Par un numéro de passe-passe qui échappe encore aux enquêteurs », raconte le Parisien, la femme arrive à le convaincre de réaliser ce test dans une rue parallèle pour la somme de 15 euros en liquide.

Quelques heures après ce test, l’homme reçoit un mail avec le résultat de son test, positif, sur un papier avec une copie grossière de l’en-tête officiel de Cerballiance. Mis au courant, le laboratoire a immédiatement prévenu le commissariat. Les enquêteurs, qui poursuivent leurs investigations pour identifier la fausse laborantine et savoir combien de tests elle a réalisé, « disposent d’un signalement précis et d’un trait particulier : la laborantine a le bras tatoué », détaillent nos confrères.