Coronavirus à Paris : Anne Hidalgo demande la fermeture des écoles dans la capitale

EPIDEMIE La maire de Paris constate une forte hausse des fermetures de classe dans la capitale qui entraîne une désorganisation importante des services scolaires

20 Minutes avec AFP

— 

Anne Hidalgo, la maire de Paris depuis 2014.
Anne Hidalgo, la maire de Paris depuis 2014. — Aurore Marechal/POOL/SIPA

La maire de ParisAnne Hidalgo a demandé ce mercredi la fermeture des écoles dans la capitale, au vu de la situation sanitaire « très grave » et de la « désorganisation très grande » dans les établissements. « Il y a besoin de prendre une mesure qui freine », a-t-elle estimé sur BFMTV et RMC, à deux semaines et demi des vacances scolaires en Ile-de-France.

« Je pense que les écoles doivent être fermées car c’est une désorganisation très grande aujourd’hui », a-t-elle fait valoir en indiquant qu'« environ 20.000 élèves » ne sont aujourd’hui « pas en classe soit parce qu’ils sont malades, soit parce que les classes sont fermées », celles-ci étant au nombre de 850. Le taux d’incidence du Covid-19 chez les 15-19 ans est de 850 pour 100.000 à Paris, a-t-elle aussi précisé, en rappelant que la situation est « très grave » en Ile-de-France, avec « 1.500 personnes en réanimation » à l’hôpital.

« Encore un coup très très dur pour l’économie, pour beaucoup de personnes »

Elle a reconnu qu’une fermeture anticipée des écoles, avec des parents obligés de garder les enfants à la maison, serait « encore un coup très très dur pour l’économie, pour beaucoup de personnes ». Elle a appelé à accompagner cette mesure par davantage de télétravail, car « on n’est pas encore au maximum de ce qu’on peut faire » à ce sujet, et à « absolument accélérer » sur la vaccination.

Alors que se tient un conseil de défense dans la matinée, avant le Conseil des ministres, puis une intervention télévisée d’Emmanuel Macron à 20 heures, la maire socialiste de Paris a jugé que « si on nous dit que c’est le dernier coup de collier, les Français seront prêts à le faire. Mais il faut le faire en informant », dans la « transparence », a-t-elle dit à l’adresse de l’exécutif.