A Paris, les 50 km de coronapistes initiales vont être largement dépassés

MOBILITE Les 50 kilomètres de coronapistes promis par la maire de Paris, Anne Hidalgo, sont désormais pérennisés 

R.L.

— 

Traçage d'une coronapiste. (Illustration)
Traçage d'une coronapiste. (Illustration) — Christophe Ena / POOL / AFP
  • Depuis un an et la sortie du premier confinement, les coronapistes se développent.
  • A Paris, le compteur devait afficher 50 kilomètres de pistes cyclables de ce type. Au total, ce sont 65 km qui vont être réalisés.
  • La région Ile-de-France n’est pas en reste avec vingt-deux projets retenus dont quatre dans la capitale.

Alors que de nombreux travaux sur des pistes cyclables ont eu lieu à Paris et que plusieurs kilomètres de pistes cyclables éphémères dites « coronapistes » ont fleuri depuis un an, où en est-on avec l’arrivée progressive des beaux jours ? Le deuxième confinement n’a pas entraîné de nouvelles créations de pistes cyclables, mais a plutôt été l’occasion de pérenniser les aménagements nés du premier confinement, selon une étude du Club des villes et territoires cyclables  publiée en février dernier.

Parmi 148 collectivités – comptant 31,5 millions d’habitants, et majoritairement rurales pour un tiers d’entre elles – interrogées entre le 19 novembre et le 9 décembre 2020, 124 ont travaillé sur un ou plusieurs projets d’aménagements de transition en faveur des mobilités actives, marche et/ou vélo. A Paris et en région Ile-de-France, l’implantation des « coronapistes » poursuit sa route.

17 millions d'euros pour 22 projets de coronapistes en Ile-de-France

« Elles seront pérennisées, on est en train d’y travailler, d’abord car elles ont montré qu’il y a vraiment beaucoup beaucoup d’usagers, que le vélo est devenu à Paris vraiment un moyen de transport domicile-travail, et qu’en plus ça aide à faire baisser la pollution », avait indiqué la maire de Paris, en septembre dernier. Depuis, les 50 kilomètres de pistes sont même dépassés, indique-t-on à la mairie de Paris, sollicitée par 20 Minutes.

« 60 kilomètres de pistes ont été réalisés. Il en manque encore quelques-unes, on devrait arriver à 65 kilomètres », indique-t-on. Les dernières livraisons ont eu lieu rue Claude-Bernard (5e arrondissement) et rue de la Grange-aux-Belles (10e arrondissement). Le boulevard de l’Hôpital est, lui, encore en attente.​

La région Ile-de-France n’est pas en reste. Plus de 17 millions d’euros ont été versés par l’État aux villes franciliennes qui avaient candidaté lors d’un appel à projets, vingt-deux ont été retenus dont un quart en Seine-Saint-Denis, et quatre à Paris. Dans la capitale, cela a notamment permis d’aménager la piste qui reprend le tracé de la ligne 13 du métro. Et ce, sur le même modèle développé pour les lignes 1 et 4. « Elles sont toutes réalisées », souligne la mairie.

Tout ce travail est mené avec le préfet de la région Ile-de-France, la présidente de région et les présidents de départements avec qui Paris siège au sein d’Ile-de-France Mobilités. Objectif : « éviter un retour massif à l’usage de la voiture, qui entraînerait la thrombose du système routier d’Ile-de-France, et limiter le plus possible le nombre d’usagers du métro, en créant des alternatives de transport pour les voyageurs », note-t-on à l’Hôtel de ville.